forum privé de RPG
 

Partagez | .
 

 quand le passé vient vous jouer des tours (maxden)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Maxden Couple
avatar
en savoir plus sur moi
Messages : 135
age : 28
Date d'inscription : 18/03/2016

MessageSujet: Re: quand le passé vient vous jouer des tours (maxden) Sam 8 Avr - 15:05

La douleur comme la frustration demeure puissante, malgré le fait que ses sanglots s’amoindrissent. Il lui faudra du temps pour gommer et accepter la réalité, mais il est satisfait de pouvoir se détacher de tout ça et aller de l’avant. Parce qu’Aiden déteste la faiblesse. Il ne peut tolérer de s’enfermer dans des pensées moroses, bien que parfois elles s’imposent à lui. Il désire juste chasser ces émotions de sa poitrine et penser à autre chose. La présence de Maximilian lui permet de ne pas broyer du noir par la douceur qu’il lui offre et qu’il ne refuse pas. Il se laisse touché de nouveau, tolère d’être faible face à lui, de recréer cette intimité entre eux. En conséquence, il ne tait pas ses pensées lorsque son amant lui déclare son amour. « Moi aussi. » Il y répond même en écho dans une voix ferme, mais sincère. Il s’agit d’une réalité qu’il ne peut pas taire, car il est évident qu’il ne serait pas avec lui si ce n’était pas le cas. Il profite de sa douceur, lui fait face lorsque son amant le désire. « C’est la vie. » Il déclare avec cette lassitude dans la voie. C’est le rythme de la vie et il ne veut plus y penser à cet instant. « N’en parlons plus. » Il ajoute pour lui faire comprendre qu’il ne désire absolument pas que son père lui pourrisse sa soirée, malgré la tristesse qui l’inonde malgré lui. « Je vais aller prendre une douche. Cela me fera du bien. Tu m’accompagnes ? » Il lui demande simplement en venant lui sourire simplement. Il dépose un baiser furtif sur ses lèvres avant de s’envoler pour la salle de bain où il entreprend de retirer ses affaires. Il sent que Maximilian le suit et cela lui arrache un petit sourire. « Je savais que tu ne pourrais pas refuser une telle invitation. » Il lance dans une petite voix taquine alors vient à sa hauteur pour lui voler un baiser plus gourmand, moins sage. « Tu en as envie ? » Il le questionne dans une voix chaude entre deux baisers, tandis que ses doigts défont sa chemise. Il veut se perdre dans la luxure pour tout oublier, mais à cet instant, il n’a pas envie de dominer. Il veut que Maximilian prenne les commandes, le fasse planer et jouir, car il a juste envie de lâcher prise et se laisser couler. Il n’y a pas de passion dans ses actions, juste l’expression d’un appétit gourmand de savourer une étreinte charnelle avec lui. Il n’a aucun doute qu’il va prendre son pied. Il en meurt d’envie, en a cruellement besoin.

_________________
L'amitié est la similitude des âmes.
L'amitié est une âme en deux corps. Elle double les joies et réduit de moitié les peines.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maxden Couple
avatar
en savoir plus sur moi
Messages : 116
age : 42
Date d'inscription : 16/12/2016

MessageSujet: Re: quand le passé vient vous jouer des tours (maxden) Sam 8 Avr - 17:47

Quand le passé vient vous jouer des tours.
FEAT. | Aiden

Je te laisse du temps pour contrôler ta détresse. Je sais qu’elle est douloureuse et frustrante. Les sensations qui viennent de te perturber s’effacent doucement. Enfin en surface car en profondeur une blessure indélébile marque ton coeur. Même si ta fierté va t’empêcher de l’avouer et que tu vas la cacher. Tu n’es pas du genre à te laisser happer par les tourments de la vie. Même s’ils te marquent au fer rouge. Je reste là contre toi t’assurant de tout mon soutien et de tout mon amour. Ton " moi aussi " en réponse à mon " je t’aime " coule comme du miel au creux de mon cœur. Je n’ai jamais douté de ton amour malgré tout ce que nous avons traversé, mais te l’entendre dire me fait un bien fou. Surtout que depuis notre rupture tu avais balayé tous ces mots de ton vocabulaire, même dans nos moments intimes. Et j’étais terriblement en manque. Je ne dis rien, mes lèvres  se perdent contre ton cou avec plus de tendresse. Et puis je te fais pivoter. L’évidence de ta douleur se lit dans ton regard. Mais tu me fais vite comprendre que tu veux passer à autre chose. C’est la vie et personne ne peut la changer. Je n’insiste pas. Mon regard se glisse dans le tien pour te faire comprendre que je suis là si tu as besoin. Parce que tout ça peut très bien revenir te bouleverser demain. Comme dans un mois. Et je veux que tu saches que je serais là pour essuyer tes larmes et soulager ton cœur. Je te propose de te détendre et tu sautes sur l’occasion. M’invitant même à partager ta douche. Tes lèvres effleurent les miennes. Je n’ai pas le temps de répondre que tu es déjà parti dans la salle de bain. Je te rejoins trop heureux de partager un moment complice avec toi. Ils se font de moins en moins rares ces derniers temps. Mais je ne suis jamais rassasié de ces instants de gourmandises charnelles. « Je suis faible que veux tu. De plus comment résister à une invitation pareille. » La taquinerie se met en place et tu viens à nouveau me voler un baiser. Mais celui-ci est beaucoup plus grisant. Je te regarde sourire aux lèvres alors que tes mains déboutonnent ma chemise. « Et si je te dis non tu me crois ? » Je te fais un clin d’œil alors que nos lèvres se retrouvent. Mes doigts glissent sur ton torse vu que tu as pris un peu d’avance dans l’effeuillage des vêtements. « J’en crève d’envie. » Tu me retires ma chemise et tu t’occupes rapidement de mon pantalon. Je te sens affamé et gourmand dans tes gestes. Mes doigts s’attardent sur ton torse, tes hanches, ils viennent caresser le creux de tes reins. Je retrouve avec plaisir sous mes caresses le grain de ta peau. Mon regard s’égare sur tes courbes. Je savoure le vue que tu m’offres. Je ne m'en lasse pas Tu es tellement excitant que mon cœur s'emballe dans ma poitrine et que ma peau frissonne. Mes mains s’emparent de tes fesses encore cachées dans ton boxer, je te colle contre moi. Nos bassins se frôlent éveillant d’avantage ma virilité. Mes lèvres se perdent sur ta peau. Je fais glisser ton boxer pour m’emparer de ta chair brulante. « Tu me rends dingue. »  Mon boxer rejoint rapidement le tien sur le sol de la salle de bain. Je t’enlace et nos corps s’affolent. Je gémis à ce contact délicieux. Et ce n’est que le début d’une douce promesse d’ivresse. Nous rentrons dans la cabine. Nos regards brulent du même feu. Celui du désir. Et il n'y a pas que nos yeux. J'ignore si tu me donneras le droit de me fondre en toi mais peut importe car le plaisir sera là. Intense et insolent. Torride et indécent. Et je laisse mes lèvres et mes mains t'inonder de baisers et de caresses sous le flux de l'eau qui s'écoule sur nos peaux.

 
Emi Burton

_________________
« L'amour est un trésor précieux qu'on perd facilement. Donnez-lui donc une base, afin qu'il soit éternel, l'estime et la confiance.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maxden Couple
avatar
en savoir plus sur moi
Messages : 135
age : 28
Date d'inscription : 18/03/2016

MessageSujet: Re: quand le passé vient vous jouer des tours (maxden) Lun 10 Avr - 15:49

Il ne désire pas s’appesantir sur son propre sort. Comme toujours, il ressent le besoin d’aller de l’avant, de reprendre contenance pour chasser ces pensées noires. L’idée soumise de prendre une douche est un bon moyen. Il se laisse tenter par cette éventualité et invite son amant à le rejoindre, car il ressent également le besoin de se perdre dans une étreinte lascive. Il ne doute pas de la réaction de Maximilian, car il le sait toujours friand de partager un moment en sa compagnie. Il faut dire que ces derniers temps, ils s’efforcent de recoller les morceaux et si Aiden n’est pas entièrement disposé à se faire passer de nouveau la corde au cou, à cet instant, il n’a envie que de lui. Maximilian est le seul homme, qui possède ce droit de le frôler lorsqu’il est en position de faiblesse, le seul à connaitre la majorité de ses démons et blessures. De ce fait, il cherche son contact dès qu’il le voit entrer dans la pièce. Il use de son espièglerie naturelle pour envouter son amant, qui admet sa faiblesse. Sa dernière remarque lui arrache un sourire. « Il faudrait être plus crédible. Tu demandes que ça. Je le sais. » Il fait preuve d’arrogance et obtient la vérité des lèvres de son amant. « Ça te va mieux d’assumer. » Il déclare dans une voix suave contre ses lèvres tandis qu’il s’applique à lui retirer ses vêtements. Il use de son expérience, embrasse ses lèvres avec lenteur, mais gourmandise. Il le sent réceptif, tout aussi gourmande comme il commence déjà à griser ses sens. Aiden se laisse toucher, savoure la pression de ses doigts contre sa peau, qui s’enflamme délicatement. L’échange se fait plus savourer et leurs caresses moins sages. Il le déshabille totalement, se laisse mettre à nue par ces doigts voraces et ce corps qui l’emmène dans la cabine de douche. Il n’omet aucune résistance, laisse ce plaisir insidieux s’immiscer dans ses veines. Leurs corps s’entrechoquent, se cherchent dans une danse luxuriante, qui les enivre avec force. Il se laisse happer par ces sensations exquises. Il laisse ses doigts griser son torse, sa taille, ses hanches pour le coller plus fermement contre lui. Sa bouche est gourmande, laisse échapper le plaisir qui envahit ses tripes. Il savoure cette effusion de ses sens, glisse sa menotte gourmande sur la virilité de Maximilian qu’il grise avec expérience. Il aime le savoir si excité par ses formes. Il n’a rien à lui envier tant la sienne est toute aussi envoutée par les nombreuses caresses que cet homme distille sur sa chair. Il se laisse couler. Ce désir bouillonne ses veines, lui fait oublier toute cette douleur et tristesse qui s’était emmagasiner dans sa poitrine. Il lui laisse le champ libre pour prendre les commandes s’il le désire et surtout s’il prend le courage de le faire, car il demeure incapable d’exprimer ouvertement ce qu’il désire à cet instant.    

_________________
L'amitié est la similitude des âmes.
L'amitié est une âme en deux corps. Elle double les joies et réduit de moitié les peines.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maxden Couple
avatar
en savoir plus sur moi
Messages : 116
age : 42
Date d'inscription : 16/12/2016

MessageSujet: Re: quand le passé vient vous jouer des tours (maxden) Mar 11 Avr - 18:40

Quand le passé vient vous jouer des tours.
FEAT. | Aiden

Je te retrouve rapidement dans la salle de bain. Il m’est difficile de refuser l’invitation que tu m’as faite. A peine dans la pièce tu viens charmer mes lèvres et titiller ma peau. Et je réponds sans retenue à cette promesse sensuelle. Tu me taquines de tes mots et je me laisse prendre au jeu. C’est tellement délicieux de te sentir réceptif et de voir les dernières barrières tomber. Je ne peux qu’apprécier. Nos moments de complicité charnelle m’ont si souvent manqué, que d’avoir le droit d’en abuser à nouveau me rend plus gourmand. Mais aussi terriblement fébrile. « Et toi tu n’attends que ça. » Tes mains viennent enflammer ma peau et je me laisser griser par ce feu qui tu rends plus intense. Les miennes en font de même, avides de retrouver ta chair qui frissonne sous mon toucher. Nos corps se retrouvent rapidement nus. Et mon regard glisse sur tes courbes, tu es tellement sexy. Nos silences se font plus érotiques et nos gestes plus torrides. L’envie vient caresser mes entrailles et irriguer mes reins. Et je t’entraine dans la cabine laissant l’eau apporter plus de sensualité dans chacun de nos mouvements. Je viens chercher d’avantage la saveur de ton corps. Je me laisse enivrer par l’odeur de ta peau et la chaleur de tes baisers. De tes caresses. Le plaisir que tu distilles envahit mon être, envoutant tous mes sens. Déroutant mon cœur. Ta main vient titiller avec habileté ma virilité, je gémis alors que tes doigts l’entourent avec douceur. Je me laisse happer par ce délice. Et j’en fais de même sur la tienne. J’emprisonne avec sensualité ton soldat tendu. Je lui prodigue une caresse lente pour que tu apprécies chaque va et vient. Mes lèvres s’emparent des tiennes. Le baiser est plus sulfureux. Nos langues se livrent à une danse chaude et troublante. Je ferme les yeux me laissant bercer par la chaleur que cette étreinte suave délivre. Je te serre d’avantage contre moi. Mon autre main vient se perdre au creux de tes reins. Elle glisse sur tes fesses. Elle joue sur tes formes rebondies avant de se faire plus coquine. Mes doigts titillent avec lenteur ton intimité. J’y vais en douceur. Sans m’imposer. Sachant que pour le moment je n’ai pas réellement retrouvé le droit de te dominer. Je continue mes caresses contre ton soldat qui se gorge d’avantage de désir. Mes lèvres abandonnent tes lèvres. Elles glissent doucement le long de ta mâchoire. Dans ton cou, sur ton épaule. Puis elles se perdent sur ton torse. Je joue contre tes boutons de chair, les mordille, les enivre. Je descends doucement vers ta taille. Mes mains continuent d’envouter ta chair. Puis je me mets à genoux devant toi. « Tu sais à quel point j’aime quand tu bandes comme ça. Cela me rend encore plus gourmand. » Mon regard se perd dans le tien durant quelques secondes. Puis ma bouche emprisonne ta virilité pour renforcer le désir qui t’habite. Pour le rendre plus brulant. Ma langue se fait insolente contre ta chair délicate. Mes doigts se font plus intimes au creux de ta chair. Je m’imagine en train de te posséder. J’ai tellement envie de te dévorer de mes reins. Mais pour le moment c’est ma bouche qui prend les commandes autour de ton sexe en demande. Je te sens te détendre. Tu glisses dans la douceur de mes caresses que je rends de plus en plus intenses. Par amour. Par envie. Je veux que tu te perdes sur les rives de la luxure. Et je t’emporte peu à peu vers la jouissance. Te sentir jouir dans ma bouche serait la plus délicieuse des récompenses. Et le début d'un beau voyage érotique et torride.

 
Emi Burton

_________________
« L'amour est un trésor précieux qu'on perd facilement. Donnez-lui donc une base, afin qu'il soit éternel, l'estime et la confiance.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maxden Couple
avatar
en savoir plus sur moi
Messages : 135
age : 28
Date d'inscription : 18/03/2016

MessageSujet: Re: quand le passé vient vous jouer des tours (maxden) Ven 14 Avr - 21:14

Il sourit aux paroles de Maximilian. La luxure a toujours été son péché mignon. Il ne s’en est jamais caché, encore plus en sa compagnie. En conséquence, il se laisse tenté par cette fournaise qui envahit ses reins. Ses lèvres s’amourachent des siennes, ses doigts glissent sur sa peau chaude et humide, explorent ces formes qui lui donnent si faim. Leur échange se fait plus gourmand, avide et enivrant. Sa peau s’enflamme tout comme le plaisir qui s’immisce dans ses veines. Il ne le contient pas, le savoure avec délice tandis que les seconde et minutes s’égrènent. Leurs caresses se précisent, leurs souffles brulants se fondent à l’unisson et Aiden se laisse happer par cette sensation qu’il affectionne tellement. De manière indiscrète, il laisse Maximilian prendre les commandes, distiller avec plus d’expertise cette exquise chaleur au creux de ses reins. Il y parvient sans difficulté, titille ses points stratégiques qui savent accroitre la fournaise qui croit au creux de ses reins. Il le laisse dompter ses forces, n’omet aucune résistance et savoure avec délice les baisers qu’il dispose sur sa chair. Il le laisse descendre son corps en le détaillant avec avidité. Son plaisir est conséquent, s’impose par la rigidité enchantée de sa virilité qui prouve l’extase qu’il déguste avec joie. Son regard est sombre, empreint de cette avidité qui croit au creux de son bassin. Il est tout excité à l’idée de savourer la chaleur de sa bouche contre cette chair tendue. Il sourit à ses propos, se cale juste contre la paroi de la douche pour savourer cette vue damnée qu’il lui est offerte. « Je sais, fais-toi plaisir alors. » Il déclare dans une voix suave et ferme, comme un ordre à demi avoué de lui offrir cette gâterie qu’il affectionne tout autant que son amant. Ce qui ne semble pas lui déplaire puisqu’il vient savourer la chaleur de sa virilité en l’enveloppant de ses lèvres gourmandes. Aiden savoure cette caresse enivrante. Il se pince la lèvre, la lèche avec délice en inspirant profondément. Son cœur bat promptement dans sa poitrine tant le plaisir envahit ses sens. Il se laisse happer par cette sensation enivrante, glisse ses doigts sur ses épaules, sa nuque, ses cheveux pour profiter encore plus profondément de ces caresses exaltantes. Il grogne, gémit, mouve son bassin pour obtenir cette jouissance qui lui permet de s’éloigner de la réalité qui l’a tant tourmenté. Son corps est soumis à ces caresses et attentions et il ne s’en formalise pas. Il se donne, profite de cette brûlure qui lui retourne les tripes. Il plane si profondément qu’il sent l’extase l’envahir, exploser au bout de sa virilité entre ses lèvres bienfaitrices. « Putain, que c’est bon ! » Il grogne en se léchant la lèvre face au plaisir terrestre qui inonde sa poitrine. Il sourit, savoure l’expression satisfaite de son amant qui opère les derniers mouvements pour le vider de ce délicieux nectar. Son regard est pénétrant et taquin. « Tu adores ça, que je jouisse entre tes lèvres. » Il déclare en venant observer sa virilité fébrile entre ses cuisses. « Cette vue est cruellement bandante. » Il ajoute pour lui faire comprendre que ça l’excite de le rendre si affamé. Au fond de ses tripes, il désire éveiller suffisamment son désir pour qu’il s’impose de nouveau à lui et se fonde à lui pour lui retourner les tripes avec la même force que par le passé. Il a envie de se soumettre, car il veut juste oublier sa douleur et juste se laisser happer par l’extase profonde. Maximilian entendra-t-il le message qui s’y cache.

_________________
L'amitié est la similitude des âmes.
L'amitié est une âme en deux corps. Elle double les joies et réduit de moitié les peines.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maxden Couple
avatar
en savoir plus sur moi
Messages : 116
age : 42
Date d'inscription : 16/12/2016

MessageSujet: Re: quand le passé vient vous jouer des tours (maxden) Dim 16 Avr - 16:06

Quand le passé vient vous jouer des tours.
FEAT. | Aiden

Je retrouve ton corps avec délice. Ta chair frissonne sous mes doigts. Elle s’abandonne à mes caresses. Je laisse mes lèvres envouter chaque parcelle de ta peau avant de m’emparer avec gourmandise de ta virilité. J’ai envie de t’offrir cette douceur dont tu es particulièrement friand. Je te sens offert et terriblement réceptif. Ce qui ne fait qu’augmenter mon appétit. Tu coules doucement dans le plaisir de la jouissance. Je sens ton corps s’enflammer et se tendre sous mes caresses. Tes doigts glissent sur ma peau. Me donnant envie de bien plus. Mes reins sont impatients mais je veux d’abord de faire planer. Je veux que tu te perdes sur les rives de la luxure. Je veux te sentir jouir au creux de mes lèvres. Et tu exploses avec délice et je m’abreuve du nectar que ta virilité délivre avec puissance. Et la façon dont tu réagis me fait sourire. J’aime quand tu éprouves autant de plaisir. Je prends mon temps laissant ma bouche se faire gourmande jusqu’au bout. Je veux te vider entièrement. Je lève mes yeux vers toi, toutes les marques de tristesse se sont effacées. Ton regard est des plus sombre enflammé par ce que tu viens d’éprouver. « Oui terriblement bon. J’adore quand tu jouis. Mais il est vrai que j’aime particulièrement te cueillir de cette façon. » Je souris tout en déposant des baisers contre tes haines et ton bas ventre. Je fais même trainer ma langue sur ta peau ruisselante d’eau. Mon regard remonte sur tes courbes. « La vue que j’ai est pas mal non plus. » Et je reviens doucement vers ton visage, laissant mes doigts et mes lèvres trainer sur ta chair. Je m’attarde au creux de ton ventre, sur tes boutons de chair, dans ton cou. Puis je retrouve tes lèvres avec avidité. Ma langue vient danser avec la tienne plus possessive que jamais. Je te colle d’avantage contre le carrelage. L’envie de te posséder se fait plus pressante. Ma virilité titille la tienne, lui redonnant de la vigueur. Mes mains s’enchainent à tes hanches avant de glisser sur tes fesses. Mon souffle est rapide, et mon cœur s’emballe. Mes lèvres descendent dans ton cou. Contre ton oreille je murmure. « J’ai tellement envie de me perdre en toi. » Je pose ma tête au creux de ton cou. Mes doigts se font à nouveau conquérant au creux de ton intimité. Mon regard retrouve le tien. Et je te fais pivoter doucement. Mon cœur s’emballe d’avantage. Je suis dévoré par l’envie de te faire mien. Mais j’y vais doucement. Je ne veux pas te brusquer. Et puis je veux prendre mon temps. Savourer cet instant délicieux. Je veux aussi que tu le savoures vu que tu n’as pas l’air opposé à ce que je te domine. Je colle mon torse contre ton dos. Mes lèvres s’emparent de ta nuque. De tes épaules. Mes mains continuent d’envouter tes fesses. Et ma virilité taquine ton entre jambe en se frottant contre tes cuisses. « Je t’aime Aiden. » Je pose mon front contre ta nuque. Je me sens fébrile comme si c'était la première fois. Je tremble même. Ma main s’empare de ma virilité et je la guide vers ton intimité. Tout en douceur je te possède. Je ne m’impose pas. Je te laisse le temps de t’habituer à nouveau à moi. Je ne veux pas que tu aies mal. Mon souffle caresse ta peau. Mes reins ont faim des tiens. Mais je reste sage. Je contrôle mon désir qui se fait plus intense. Te retrouver est tellement enivrant. Je me mords la lèvre. Je gémis contre ton dos alors que je sens l’étau de ton intimité se serrer autour de mon soldat. C’est puissant. Grisant. « Tu m’as tellement manqué mon amour. » Ma voix est rempli d'émotions. Mes lèvres continuent d’envouter ta peau. je te mordille. Ma main vient s’emparer de ta virilité. Même si elle a déjà eu sa dose de plaisir je compte bien la faire vibrer encore. « Ça va. Tu me dis si tu c’est trop intense. » Mon bassin se fait plus imposant contre le tien. Mais je reste doux dans mes mouvements. Même si le feu gagne mes reins et mon bas ventre. Tout ce que je souhaite c’est partager un moment de bonheur intense. Comme avant.
 
Emi Burton

_________________
« L'amour est un trésor précieux qu'on perd facilement. Donnez-lui donc une base, afin qu'il soit éternel, l'estime et la confiance.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maxden Couple
avatar
en savoir plus sur moi
Messages : 135
age : 28
Date d'inscription : 18/03/2016

MessageSujet: Re: quand le passé vient vous jouer des tours (maxden) Jeu 20 Avr - 19:48

L’extase est au rendez-vous comme toujours lorsqu’il est sous les doigts de cet homme. Le délice qui l’envahit est incomparable tant il affection tout particulièrement cette sensation de liberté qui l’envahit. Avec Maximilian, il se donne comme il le fait avec aucun autre homme. La décadence qu’il affiche à ses côtés est singulière et prend naissance dans la complicité qui les lie l’un et l’autre. Elle a été difficile à retrouver, mais il se sent disposé à l’embraser de nouveau comme par le passé. Sans doute parce qu’il est prêt à aller de l’avant, sans pour autant retomber dans les mêmes pièges que le passé. Sa fierté s’est amoindrie et il lui pardonne petit à petit ce qu’il s’est passé entre eux. D’autant plus qu’il veut lâcher prise, oublier toute cette rancœur et savourer une étreinte lente et passionnée. Il a envie que Maximilian le fasse planer, lui retourne les tripes avec violence pour qu’il ne pense plus qu’au contact de ses lèvres, de ses doigts et de son corps contre le sien. Ce que Maximilian semble comprendre petit à petit. Il savoure le bonheur qu’il sent dans son regard et qui titille ses sens. L’instant est brûlant, coquin entre eux et Aiden retrouve un Maximilian joueur. Comme il l’aime tant. Cela lui donne envie de jouer et il ne se lasse pas de l’observer avec cette lueur lubrique, qui le caractérise tellement. « Je ne vais pas m’en plaindre. » Il avoue en se pinçant la lèvre, savourant la caresse humide et chaude de sa langue contre ses aines et son bas ventre. « Je vois ça, tu bandes comme un dingue. » Il le provoque de son regard pénétrant alors que Maximilian s’applique à enflammer sa chair. « Tu aimes me dévorer. » Il murmure en sentant ses doigts comme ses lèvres arpenter sa chair nue, encore embaumée par les effets de la luxure. Son souffle demeure court, l’excitation titille de nouveau ses formes face à l’envie de son amant. « Je sais. » Il murmure dans une voix suave et sombre contre son oreille. C’est à la fois enivrant et chamboulant de le voir si tourmenté. Aujourd’hui, il arrive à en éprouver du plaisir d’être la source de frustration de son amant, car il sait qu’il va pouvoir lui permettre de l’éliminer. « J’aime te savoir si dur. » Il avoue contre son oreille à son tour alors que ses doigts distillent leurs cajoleries sur ses aines, sa hanche, ses fesses. Il agrippe tendrement sa peau avant que Maximilian le fasse pivoter et prennent les commandes. Il n’omet aucune résistance, se laisse plaquer contre le carrelage tandis que Maximilian prend son temps. Aiden ne dit mot, se contente juste de frôler l’arrière de ses cuisses pour accroitre la fournaise qui le ronge. Sa propre excitation s’éveille de nouveau. L’envie de retrouver le contact de cette queue qui arpente les parois de sa chair le fait cruellement languir. Il sourit à son aveu, se laisse porter par la douceur de ses caresses, mais il ne peut s’empêcher de le titiller encore plus. « Je t’ai connu bien moins sage, Max. » Il lâche dans une voix chaude et brisée par le rythme saccadé de sa respiration. Il le sent au bout du gouffre et cela l’excite cruellement. Putain qu’il aime le savoir bander de la sorte. Maximilian finit par le pénétrer. Le contact est étrange, la sensation à la fois déchirante et cruellement envoutante. Il s’accommode de nouveau de cette position, le laisse explorer les parois de ses reins et il redécouvre la chaleur de sa queue. Il se mord la lèvre, inspire profondément et se contente juste de se détendre. Il sent la douceur de Maximilian et elle est attendrissante. Il ferme les yeux, laisse le plaisir grimper doucement en lui en fonction du mouvement du bassin de son amant. « Continue. » Il ordonne en venant agripper plus fermement la peau de sa fesse. Il l’incite à rentrer plus profondément en lui, gémit doucement. « Retourne moi les tripes, Max. » Il ordonne de nouveau comme une demande ouverte de lui faire l’amour à lui en faire oublier son prénom. Il veut juste se perdre, se donner à cette luxure sans aucune retenue. Il veut retrouver l’extase que seul ses reins parviennent à lui offrir. Cela n’a pas de prix à cet instant.

_________________
L'amitié est la similitude des âmes.
L'amitié est une âme en deux corps. Elle double les joies et réduit de moitié les peines.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maxden Couple
avatar
en savoir plus sur moi
Messages : 116
age : 42
Date d'inscription : 16/12/2016

MessageSujet: Re: quand le passé vient vous jouer des tours (maxden) Sam 22 Avr - 16:05

Quand le passé vient vous jouer des tours.
FEAT. | Aiden

Te dévorer est grisant surtout que je te sens d’avantage t’abandonner ces derniers temps. Et encore plus à cet instant. Je savoure le gout de ta jouissance. Je prends mon temps pour te laisser profiter jusqu’au bout de ce plaisir déroutant. Ton regard est troublé, brulant même. Et tes mots décuplent mon désir. Mes doigts, mes lèvres s’enivrent de ta chair. La rendant plus fébrile à chaque caresse. J’aime quand le désir nous happe de cette façon quand il nous fait glisser dans une bulle ou plus rien ne compte sauf l’appel de la chair. Je continue à jouer sur ta peau distillant toute ma douceur. Mon désir ce fait plus intense. Cet amuse gueule m’a ouvert l’appétit et pouvoir me repaitre de ton corps serait le must. Je retrouve tes lèvres. Colle mon corps d’avantage contre le tien. Nos virilités se frôlent, s’affolent. « J’aime te retrouver de cette façon. » Même si nous faisons l’amour il y avait encore des barrières et là j’ai la sensation que tu les laisses enfin tomber. Ton abandon est complet. Cela me manquait tellement. Tu me titilles de tes mots, ta voix me bouleverse autant que tes doigts qui s’emparent de ma chair. Je frissonne. Fébrile comme un gamin quand je te fais pivoter. Aucune résistance, alors je m’aventure d’avantage. Tout en tendresse. Voulant griser ton corps de la plus belle des manières. Je veux que cet échange reste gravé dans ta mémoire. Je veux que ces retrouvailles rendent ton cœur fou et ton corps dingue. Tes doigts se perdent sur l’arrière de mes cuisses. Le désir se fait plus cuisant. Ton souffle. Mon souffle. Le gout de ta chair sous la chaleur de ma langue. Ta virilité qui se gorge de plaisir. Et ton cul sexy. Tout m’excite. Mais je reste sage, bien trop sage à ton gout vu les mots que tu prononces. Je viens saisir ta bouche pour l’embarquer dans un baiser fougueux. Tu montrant ainsi mon intention à ne pas rester sage. Mon corps se fait plus présent contre le tien. J’ai du mal à résister. Et puis je te fais mien. Mes riens retrouvent tes reins. Je gémis contre ta peau. Te mordille même. Putain que c’est bon de se perdre en toi. De sentir ma chair se tendre sous la fournaise de ton intimité. Ta virilité entre mes doigts retrouve de sa superbe. Mes vas et viens sont doux, je te laisse du temps pour t’habituer de nouveau à ma présence. Même si l’envie se fait plus vorace. Je te sens te détendre et l’instant ce fait plus intense. J’ai envie d’insolence et d’indécence mais je n’ose pas encore. La peur de te faire souffrir. Mais ton geste me libère de cette sensation. Je rends mes mouvements plus profonds. « Putain c’est bon. » Mes lèvres et mon souffle jouent contre ta nuque. Je garde les yeux ouvert juste pour me laisser envahir par les frissons qui se dessinent sur ta chair. Je gémis. « Tes désirs sont des ordres sexy boy. » Alors j’oublie la retenue. Je me laisse emporter par le feu qui me dévore les tripes et les reins depuis des mois. Feu que j’ai retenu jusqu’à présent pour te préserver. Mais je veux te combler alors j’abandonne la douceur pour me livrer aux affres de la luxure. Mes mouvements se font plus puissants. Plus secs. Plus francs. Mes doigts accélèrent leur vas et viens sur ton soldat. Je me laisse gagner par tout ce que cet échange déclenche en moi. Je me laisse emporter par l’amour que je te porte. Et le désir qui m’inonde. « Ton petit cul m’a tellement manqué. » Et je sens la vague grossir au creux de mon bas ventre. Elle se fait puissante. Incontrôlable. Elle vient s’emparer de chaque parcelle de mon corps. Mon souffle se fait plus rapide. Mon cœur s’emballe dans ma poitrine cognant contre sa paroi. Je suis certain que tu le sens même contre ton dos. Et je la laisse déferler avec puissance et rage. Je la laisse tout emporter. TOI. MOI. J’en perds pied. Mon regard se voile. Je grogne me vidant en toi. Je brule au plus profond de mes entrailles. Tu me rejoins rapidement entre mes doigts. « Oui .. » Je retrouve tes lèvres avec avidité. Comme si j’étais encore affamé. Je m’enchaine à toi pour savourer chaque seconde de cette folie. Mon corps est secoué de spasmes. Mon cœur tape dans ton mon être. Et une vague de frisson déferle emportant avec elle mes dernières forces. « Tu es le meilleur des amants. » Je reste coller contre toi. Laissant mon corps jouir encore de la chaleur du tien. Comblé ou du moins en partie. J’ai la sensation de te redécouvrir et c’est tellement bon. Que j’en suis tout secoué. Et chamboulé. Heureux de retrouver l'homme et l'amant que je croyais à jamais perdu. « Je t’aime tellement Aiden. » Mes mots viennent se glisser dans mon baiser. L'instant est délicieux et il risque fort de durer. Car la luxure avec toi n'a jamais de fin quand on s'y abandonne vraiment.
 
Emi Burton

_________________
« L'amour est un trésor précieux qu'on perd facilement. Donnez-lui donc une base, afin qu'il soit éternel, l'estime et la confiance.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maxden Couple
avatar
en savoir plus sur moi
Messages : 135
age : 28
Date d'inscription : 18/03/2016

MessageSujet: Re: quand le passé vient vous jouer des tours (maxden) Sam 22 Avr - 19:45

Il goute de nouveau à un plaisir auquel il s’était refusé par orgueil. Il ne pouvait pas concéder ce droit à Maximilian aussi facilement, pas après la douleur qu’il avait engendré dans son cœur lorsqu’il lui avait tourné le dos, rendu sa liberté sans chercher à se battre. Il lui fallait du temps, de la patience pour être en mesure de se donner à nouveau à cet homme. Cela a été source de frustration pour Maximilian, mais c’était le prix à payer pour escompter qu’il revienne vers lui, qu’il lui pardonne et se donne à lui de nouveau, comme par le passé. Cela a mis du temps, mais même s‘il est disposé à lui donner un tel pouvoir, cela ne change rien à la réalité de leur relation. Il n’est pas prêt de se remettre en couple avec lui. Du moins, pas dans la forme qu’il avait jusqu’à leur rupture. Il compte bien sauvegarder sa liberté, car il ne veut plus jamais se sentir frustré. Cela ne remet pas du tout en cause l’affection qu’il porte à cet homme comme le plaisir qu’il prend à cet instant de se laisser dominer de nouveau. Bien au contraire, il s’acclimate de nouveau à cette sensation délicieuse. Il savoure le contact brûlant et enflammant de ses doigts, de ses lèvres et de son corps contre le sien. Cela l’excite cruellement et il ne se gêne pas d’user de paroles coquines pour titiller les sens de son amant pour qu’il abandonne cette posture trop sage. Il lui concède le droit de se lâcher, de lui retourner la tête et les tripes. Il veut se perdre dans la luxure comme il aime tellement le faire avec lui. Et il obtient ce qu’il désire. Maximilian se montre plus conquérant au creux de ses reins. Leurs bassins se mouvent avec une soif insatiable. Aiden se laisse posséder, savoure le contact chaud et enivrant de sa queue entre ses cuisses, de ses doigts sur sa queue qu’il endiable de la poigne de ses doigts. Il gémit, laisse ce feu grignoter ses entrailles avec force. Il participe à la danse, savoure la fougue de ses baisers comme de ses mouvements de reins. C’est bon. Putain que c’est cruellement bon. Aiden grogne, accentue sa poigne autour de sa chair et vient chercher sa queue avec son bassin. Plus c’est passionné et profond, plus il gémit. Leur étreinte devient décadente, emplie d’une fougue qu’aucun ne ralenti. Au contraire, Aiden en est friand. Il adore qu’il le prenne de cette manière, surtout qu’il a juste envie de prendre son pied et jouir pour oublier tout le reste. Maximilian est un maitre dans la matière et le prouve en jouant adroitement avec ses pulsions, ses sens, sa queue. « J’adore ça. Ta queue lui avait manqué. » Il grogne en s’appuyant son front contre la paroi de la douche. Il se mord la lèvre, grogne, oblige Maximilian à être plus gourmand. Il bande comme un dingue. Son souffle est court, ponctué par ces grognements exquis de jouissance qui le happe avec force. « Putain, continue. » Il oublie toute pudeur, est excité de le sentir si cruellement tendue dans ses reins. Oh oui, il le sent prêt à jouir et il n’hésite pas à le titiller à son tour pour lui retourner les tripes. Il savoure de le sentir jouir au creux de ses reins. Il sourit, grogne de plaisir en sentant ce liquide chaud envahir ses parois et sent sa propre jouissance envahir tout son être. Il explose à son tour contre les doigts de Maximilian, qui vient chercher ses lèvres avec appétit. Le baiser est fougueux, comme il les aime et il s’en délecte sans aucune pudeur. Son cœur bat promptement dans sa poitrine, sa respiration est vive et il savoure cette ivresse enivrante. Il sourit à son compliment, bien qu’il ne le retourne pas par simple vanité. Il est évident qu’il est le meilleur à ses yeux. Il est le seul à lui offrir de tels orgasmes. Il sait que cette étreinte à une énorme signification pour Maximilian. Elle en a pour lui également, car il sait qu’ils ont franchi une nouvelle étape dans la reconstruction de leur complicité. Cela le rassure, lui donne envie de croire de nouveau à ce qu’ils trouvent un équilibre, une union qui les rendra heureux, mais il demeure sur ses gardes, va voir ce que l’avenir leur réserve. En conséquence, il se contente juste de l’embrasser, de savourer les derniers effluves de cette sensation divine jusqu’au bout. Leurs lèvres se dévorent, leurs corps s’offrent une danse exquise et il sait que le reste de la nuit va être source d’extase, car il est tout disposé à s’adonner à une nouvelle étreinte, car il adore ce sentiment de liberté qui l’habite. Surtout en compagnie de cet homme.

_________________
L'amitié est la similitude des âmes.
L'amitié est une âme en deux corps. Elle double les joies et réduit de moitié les peines.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
en savoir plus sur moi

MessageSujet: Re: quand le passé vient vous jouer des tours (maxden)

Revenir en haut Aller en bas

quand le passé vient vous jouer des tours (maxden)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Sujets similaires

-
» Quand le passé vient frapper à ta porte! - feat: greg
» Quand les fantômes du passé reviennent vous hanter.
» Je suis de retour pour vous jouer un mauvais tour...
» [ROSA] La Coupe Frissons arrive pour vous jouer des tours...
» Je suis de retour pour vous jouer un mauvais tour #SBAFF#

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Love Dust :: corbeille :: maxden-