forum privé de RPG
 

Partagez | .
 

 Quand la tentation taquine les sens. ( Maxden

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Maxden Couple
avatar
en savoir plus sur moi
Messages : 101
age : 42
Date d'inscription : 16/12/2016

MessageSujet: Quand la tentation taquine les sens. ( Maxden Dim 23 Avr - 14:56

La chair peut vite devenir avide de sensation.
FEAT. | Aiden

La complicité se fait à nouveau torride entre toi et moi. Je te retrouve d’avantage chaque jour et cela me comble de bonheur. Pouvoir enfin profiter de ton corps sans me sentir frustrer me rend bien plus enclin à venir te taquiner. Autant à la maison qu’en sortir. Histoire de finir de détruire les barrières, même si certaines n’ont pas encore été vraiment levées. Elles n’ont été pas non plus  abordées. Pour l’instant le sujet  qui a causé notre rupture n’est pas vraiment revenu sur le tapis. Je ne cherche pas à savoir si de ton côté tu continues à vivre ces aventures. Je préfère ne pas savoir pour ne pas me pourrir l’esprit par des doutes douloureux. Comme lorsque tu n’avais parlé de ta soirée avec Sebastian et Adrian. Je veux juste profiter de ce que tu m’offres à nouveau. Juste profiter de l’amour que l’on partage et des instants charnels qui se font plus intenses. Me disant que tu es juste à moi et que le reste s’il y a reste ne compte pas. Même si parfois c’est difficile, le baiser avec Alexander reste encore dans ma mémoire. Mais j’arrive mieux à gérer. Peut être parce que j’ai vu comment ma vie serait sans toi.

Je finis de me préparer, et j’en profite pour te taquiner autant avec mes mots qu’avec mes gestes. « Grouille toi on va louper le début de la séance si tu continues à trainer. » Alors que je suis surement responsable de ce fait. Mais nous réussissons à partir à temps. Je te laisse conduire profitant du trajet pour laisser ma main trainer sur ta cuisse. Même légèrement plus haut. Tu trouves rapidement une place dans une des rues perpendiculaire à celle du ciné. « Et voilà on va devoir faire la queue par ta faute. » Et je te pousse d’un coup d’épaule. Bien entendu tu n’en perds pas une non plus pour me taquiner en retour. C’est tellement bon de partager des moments pareils en toute simplicité. « Aller je t’offre la place pour me faire pardonner. » Nous passons la caisse. « Pop corn ou pas ? » Nous rentrons dans la salle et je cherche des places un peu à l’écart des personnes déjà installées. Je veux être tranquille pour pouvoir profiter de l’obscurité de la salle. J’ai déjà des idées plein la tête pour te faire apprécier d’avantage le film que nous allons voir. « Regarde là c’est parfait. » Deux sièges sur le côté pas de monde autour. Cela me parait idéal comme emplacement. Je te laisse t’installe au fond et je prends place à tes côtés. Puis la salle s’assombrit et l’écran s’allume laissant place aux bandes annonces et aux publicités. Je me colle contre toi. Mes lèvres viennent titiller ton cou et le lobe de ton oreille. « Tu sais que tu es particulièrement sexy ce soir. Une vraie gourmandise. De quoi me donner faim. » Mon regard se plonge dans le tien. Je suis certain que tu as les mêmes idées que moi. Ma main se pose à nouveau sur ta cuisse. Glissant contre ton aine. La salle se rallume quelques minutes avant de s’éteindre pour deux bonnes heures le temps de film. « Enfin je suis certain que cette séance va être des plus agréable voir même plus. » Je pense à sensuelle et torride. Je profite du générique pour te voler un baiser qui se veut sage au début mais qui dérape en un baiser plus fougueux. Je t’allume un maximum sachant très bien que tu vas adorer ça. Vu que tu es un grand gourmand.



Emi Burton

_________________
« Un baiser, c'est quelque chose de plus que le premier contact charnel de deux corps: c'est l'exhalation de deux âmes enamourées. Mais le baiser criminel longtemps retenu, longtemps désiré, est plus sensuel encore. »


Dernière édition par Maximilian H. Johnson le Dim 23 Avr - 17:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maxden Couple
avatar
en savoir plus sur moi
Messages : 124
age : 28
Date d'inscription : 18/03/2016

MessageSujet: Re: Quand la tentation taquine les sens. ( Maxden Dim 23 Avr - 17:21

Suite aux derniers évènements, la complicité s’est de nouveau immiscée dans ses rapports avec Maximilian. Aiden ne s’en plaint pas, savoure ces moments en compagnie de cet homme et s’efforce de rompre de nouveau les barrières qu’il avait rétabli pour se protéger de cet homme. Cette complicité ne remet pas en cause la nature exacte de leur relation. Ils demeurent amants et Aiden, bien que discret se permet quelques écarts quand la chair fraiche vient titiller ses désirs. Maximilian ne semble pas s’en formaliser. Du moins, le sujet ne revient pas sur le tapis et ce n’est pas Aiden, qui va chercher à le faire. Il préfère ce sentiment de bien-être qui l’habite à ses côtés que le mal-être auparavant ressenti. Il tente d’apprivoiser de nouveau cette relation libre, mais ses désirs demeurent identiques. Il s’efforce d’être patient, de laisser Maximilian entrevoir ce qu’il veut, mais il est évident qu’Aiden n’est pas prêt de se laisser passer de nouveau la corde au cou. Il veut juste profiter de la vie et cela semble convenir à son amant. Le projet de voir un film se fait connaitre et Aiden est tout disposé à s’y rendre avec lui. Une sortie hors des murs de leur demeure ne peut être qu’une bonne idée. Seulement Maximilian traine, en manique du logis qu’il est et ce dernier lui rend la responsabilité. « Dis celui qui a passé les dix dernières minutes à ranger le bordel laissé par Lawrence. » Il a un sourire en coin, terriblement amusé par la situation et il ne se presse pas pour accélérer le mouvement. Au pire, ils rateront les cinq premières minutes du film. Ce qui n’est pas un drame en soit. Ils retrouvent la voiture dont Aiden prend les commandes. Maximilian semble vouloir être conduit, ce qui ne le dérange pas. Une fois installés, la voiture prend la route du cinéma et le voyage se fait assez calmement, même s’il sent Maximilian particulièrement tactile. Cela ne le déplait pas, surtout quand ça rendre dans le domaine de la luxure comme une main baladeuse sur sa cuisse et son aine. « Généralement, c’est celui qui critique, qui est responsable. » Il déclare avec ce ton arrogant qui le caractérise. « Je trouve que tu fais beaucoup de bruit pour être la simple victime… » Son regard est perçant, provocateur alors qu’ils font la queue. « Méfait avoué. » Il commente simplement avec un sourire moqueur. Ils achètent rapidement les places. « Quitte à choisir, je préfère des sucreries. » Il déclare que pour son amant avec ce regard provocant. Il y a bien un sous-entendu dans ses paroles. Aiden est loin d’être un homme sage et Maximilian est le mieux placé pour le savoir. Ils retrouvent la salle, cherchent des places et se dirigent vers un coin reculé. Maximilian a clairement entendu le message dissimulé, vient jouer de ses charmes sur sa peau. « Tu as toujours faim de mes formes. Tu en es même très gourmand et pas souvent raisonnable. » Il lâche dans une voix suave, le regard sombre. Il use de ses charmes pour le rendre plus coquin et pervers. Il ne se plaint pas de l’approche qu’il adopte. Il savoure le fait d’éveiller ses désirs de cette manière sans n’avoir à agir. Il aime le pouvoir qu’il a sur les pulsions de son amant et aime bien jouer celui qui cède à ses caprices cupides. « Je n’en doute pas. Tu es loin d’être un homme sage, ce soir. » Il déclare de son regard rieur, la voix chaude alors que sa bouche retrouve sa comparse. Il ne l’a même pas touché qu’il sait Maximilian échauffé par les caresses qu’il prodigue sur son corps. Il se laisse embrasser, participe à ce dernier pour gouter avec délice à cette langue. Le baiser se fait plus gourmand et Aiden vient naturellement glisser sa main libre contre la cuisse de son partenaire. Il frôle le tissu, remonte sur son aine pour frôler sa virilité dans cette zone étroite. Il se contente juste de la presser, sans la caresser, mais un sourire glorieux s’affiche sur ses lèvres. « On est là pour le film ou tu as envie d’autre chose ? Je te sens bien chaud pour avoir envie d’être sage. C’était l’idée que tu avais en tête en proposant de se faire un ciné ? S’envoyer en l’air au milieu de ses gens ? » Il questionne dans un murmure en jetant un regard dans la salle. Jouer avec le feu, il adore. L’idée de se faire sucer ou de sucer Maximilian au milieu de ces gens a quelque chose de jouissif. Ils sont dans le noir, ils peuvent bien s’adonner à des cupides actions tant qu’ils demeurent discrets.

_________________
L'amitié est la similitude des âmes.
L'amitié est une âme en deux corps. Elle double les joies et réduit de moitié les peines.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maxden Couple
avatar
en savoir plus sur moi
Messages : 101
age : 42
Date d'inscription : 16/12/2016

MessageSujet: Re: Quand la tentation taquine les sens. ( Maxden Dim 23 Avr - 20:15

La chair peut vite devenir avide de sensation.
FEAT. | Aiden

« Bien sur dis que c’est de ma faute !! Tu as passé bien plus de temps dans la salle de bain. Juste pour te rendre irrésistible. Comme si tu avais besoin de ça. » Ma voix se fait taquine, elle frôle légèrement la provocation. Mes yeux glissent sur tes courbes trop heureux de regarder le résultat. Tu vas en faire baver plus d’un encore une fois. Même plus d’une. Je n’ai aucun doute la dessus. Ton pouvoir de séduction me fait même trembler parfois mais ce soir tu es à moi et je compte bien tirer profit de ce fait là. Nous réussissons enfin à partir de la maison et à nous diriger vers le quartier du ciné. Je profite du trajet et du fait que tu conduises pour donner le ton de cette soirée. Et bien entendu mes petites piques ne tombent pas dans l’oreille d’un sourd tu rebondis dessus avec ravissement. N’en loupant pas une. Ce qui me ravit au fond. « C’est ça vas y remets en une couche. De toute façon tu aimes que je sois la victime. » Nos regards viennent s’affrontent et ce que je lis dans le tien ne fait qu’augmenter le désir de te titiller. « Mais je n’ai pas dis de quoi je devais me faire pardonner. » Tout est bon pour nous rendre plus fébrile et tu joues encore une fois habillement avec les mots. Comme pour me glisser un message subliminal. « Ah ! Tu veux un esquimau. Chocolat ou nature ? » Et je ne me gène pas pour renchérir histoire de te mettre dans l’ambiance. Au cas où tu n’es pas tout compris. Je te fais un clin d’œil. Nous trouvons facilement une place, idéale pour passer une bonne soirée sans être dérangé. A peine installé je viens jouer les perturbateurs. Remarque il est très difficile de te résister vu l’érotisme que tu dégages. « Je crois que de ce côté-là tu n’as rien à m’envier. Et je suis surement plus sage que toi. » Je ne peux m’empêcher de penser que moi je ne me contente que de toi. Cela fait mal parfois quand ces idées déboulent comme des bombes dans ma tête. Mais je ne me laisse pas prendre à leurs pièges. Et je me concentre sur toi. Ton odeur et ton corps que je compte bien enflammer. Je souris à ta remarque et vu que tu as pris conscience que je n’étais pas un homme sage mes lèvres et mes doigts s’accordent à tes mots. Ce qui n’a pas l’air de te déplaire. Tu réponds avec envie à mon baiser et ta main vient à son tour jouer contre mes courbes. Presque innocente elle frôle ma virilité au travers du tissu de mon pantalon. Je me mords les lèvres pour retenir un gémissement. « Provocateur. » Du coup ma main remonte le long de ton aine. Elle s’attarde sur le  bouton et la fermeture de ton pantalon sans les défaire. Elle glisse sur le tissu rendant la caresse plus intense. Mes lèvres se perdent dans ton cou, ma langue glisse sur ta chair. « On est là pour le film petit cœur voyons. Tu me prends pour un pervers. » Ma voix se fait sensuelle. J’effleure ta mâchoire. Ma main fait de doux vas et viens sur ton entre jambe. Même si mon geste est lent je sens l’effet qu’il occasionne sur ta virilité. « Je te jure que je n’avais aucune arrière pensée en parlant de ciné. Ce genre d’idée ne m’a même pas effleure. Tu me connais. » Même si une fois quand on avait parlé de fantasme je t’avais glissé que de faire des bêtises dans un cinéma me tenterait bien. Il est vrai qu’il y a du monde mais la pénombre me les fait oublier. « Pourquoi cela te plairait que je ne sois pas sage dans cette salle. » Ma langue passe sur mes lèvres. Mon regard se fait plus taquin. Je murmure tout contre ton oreille. « Je suis certain que tu as envie que je joue les gourmands. » Je défais le bouton et la fermeture éclair de ton pantalon et glisse ma main contre ton boxer. « C’est trop sage encore. » Du coup elle se glisse dans ton boxer et retrouve ta queue déjà brulante. « En tout cas cela à l’air de plaire à ta queue. » Je t’embrasse avec douceur avant de rendre à nouveau notre baiser plus incendiaire. Le film a commencé mais à cet instant la seule chose qui m’intéresse c’est toi. Tes lèvres. Et ta queue.



Emi Burton

_________________
« Un baiser, c'est quelque chose de plus que le premier contact charnel de deux corps: c'est l'exhalation de deux âmes enamourées. Mais le baiser criminel longtemps retenu, longtemps désiré, est plus sensuel encore. »


Dernière édition par Maximilian H. Johnson le Lun 24 Avr - 0:55, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maxden Couple
avatar
en savoir plus sur moi
Messages : 124
age : 28
Date d'inscription : 18/03/2016

MessageSujet: Re: Quand la tentation taquine les sens. ( Maxden Lun 24 Avr - 0:04

Leurs taquineries fussent avec une complicité conséquente. Cela ne déplait pas à Aiden, qui savoure cette légèreté qui semble retrouver sa relation avec Maximilian. « Je suis naturellement irrésistible, rectification ! » Sa vanité éclate sans aucune pudeur. Ses traits se font charmeurs et il a conscience que cela appâte l’appétit de son partenaire. Ils retrouvent le cinéma, continue leur petit jeu sans faire attention aux personnes qui les entourent. S’il demeure sage dans ses actions par pudeur, ses regards et paroles ne trompent personne. La nature de sa relation avec Maximilian est évidente. Ses paroles rendent son sourire plus charmeur. « Tu ne sais pas à quel point. » Sa voix est mystérieuse, son regard taquin tandis qu’ils poursuivent leurs chamailleries. « Nature. C’est les meilleures. » Et ses prunelles se font plus provocantes. Aucun achat n’est réalisé, car tous les deux ont conscience du sous-entendu évoqué sans gêne, mais en usant d’une certaine discrétion, qui assure leur intimité. Ils se calent dans un endroit de la salle pour la conserver et Maximilian n’hésite pas à user de ses charmes pour titiller ses sens. Ce qui est loin de lui déplaire, tant il est ouvert à toute nouvelle expérience, d’autant plus en compagnie de cet homme. Il a toujours aimé dépraver cet homme et lui faire dépasser sa raison. Rien n’a changé à ce sujet et cela n’est pas prêt de prendre une nouvelle ligne. Bien au contraire. « Vraiment ? En attendant, c’est toi qui n’arrive pas à t’empêcher de m’allumer par des gestes assez équivoques. Si tu crois que je ne vois pas dans ton manège. » Sa voix demeure suave et faible. Il use de son érotisme naturel pour titiller les sens de son partenaire, qui n’hésite pas à attaquer de manière moins subtile. Il y répond sans crainte, laisse sa bouche dévorer sa comparse et ses doigts explorer sa chair accessible au travers des tissus de ses vêtements. « Dis celui qui n’arrête pas de chercher à m’allumer. Ne fais pas ton innocent. » Il le provoque de nouveau en haussant un sourcil taquin dans la pénombre installée dans la salle. D’ailleurs, il ne peut pas s’empêcher de poursuivre sur sa lancée en remettant en cause le sérieux de cette proposition de regarder un film vu comme les évènements se dirigent. Il ne s’en plaint pas, il savoure même et est tout excité à l’idée de partager un moment crapuleux en sa compagnie. Cette réalité ne passe pas inaperçu de la menotte gourmande de son amant, qui continue de jouer avec lui par ses paroles. Il sourit à ses propos, plonge son regard dans le sien en susurrant contre la peau de son visage. « Tu sais bien que je ne dis jamais non à de nouvelles expériences. Et tu aimes être gourmand dans ce domaine. » Sa voix est suave, son regard pénétrant et enjôleur. Des expériences, il pourrait en évoquer des dizaines toutes plus indécentes les unes que les autres. Ils aiment repousser les limites et putain qu’il aime ça. En conséquence, sa virilité se gonfle de désir sous l’initiative de Maximilian. Il le laisse faire, savoure la gourmandise affichée de son amant et se pince la lèvre quand il vient caresser sa queue à main nue. « Cela lui plait. » Il admet contre ses lèvres qui viennent embraser les siennes. Il y répond naturellement, laisse sa bouche s’amouracher de la sienne tandis que les doigts de Maximilian grisent sa protubérance en l’extirpant de son boxer. C’est exquis, il bande, se laisse emporter par cette exquise chaleur. Son corps s’enflamme, son cœur s’emballe, mais il maitrise ses gémissements avec expertise. Il se lèche la lèvre entre deux baisers, écartent juste ses cuisses pour permettre à son amant d’user de son expertise sur son excitation. « Tu comptes me faire jouir dans cette salle de cinéma ? avec tes doigts ou avec ta bouche ? » Sa voix n’est que murmure alors qu’il le sonde de son regard. Sa main s’aventure de nouveau sur sa queue qu’il frôle pour juger de sa fermeté avec intérêt et érotisme. « Je sens que ta queue aime tout ça. T’as envie de prendre ton pied, je me trompe ? » Il presse sa paume sur cette partie, laisse son regard brûlant s’incruster au sien. Il n’en a rien à foutre du film tant cette main agile lui procure des sensations exquises. Putain qu’il aime qu’il le caresse de cette manière. Il adore jouer avec lui.

_________________
L'amitié est la similitude des âmes.
L'amitié est une âme en deux corps. Elle double les joies et réduit de moitié les peines.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maxden Couple
avatar
en savoir plus sur moi
Messages : 101
age : 42
Date d'inscription : 16/12/2016

MessageSujet: Re: Quand la tentation taquine les sens. ( Maxden Lun 24 Avr - 11:55

La chair peut vite devenir avide de sensation.
FEAT. | Aiden

« Éros c’est penché sur ton berceau à ta naissance. » J’apprécie cette complicité. Elle me met du baume au cœur, me soulage de pas mal de maux. Elle s’intensifie au fil des secondes. Pourquoi ce priver d’un tel délice surtout avec un partenaire tel que toi. Elle nous met en appétit en distillant dans nos veines une saveur délicieuse. Elle se renforce dans nos regards et nos sourires charmeurs. Elle fait parti de notre relation. Cette complicité m’avait terriblement manqué. Alors je la savoure et je compte bien la rendre encore plus intense au fil de la soirée. Et tu joues autant les charmeurs que les provocateurs, faut dire que je te donne de la matière pour pratiquer ton art préféré. « Ah bon tu crois. » Je savoure chaque seconde. Sachant que la suivante sera encore plus délectable. Cela te rend irrésistible. En as-tu conscience ? « J’en aurais mis ma main à couper. » Nos regards parlent bien plus que nos mots. Le désir c’est immiscé dans nos prunelles. Et je compte bien le laisser me taquiner tout au long de la soirée. Et t’en faire profiter. Ce que je fais à peine sur nos sièges. L’endroit est idéal pour te provoquer. Je sais que tu vas adorer l’idée. Et le jeu sera encore plus brulant parce que nous pouvons nous faire prendre à tout moment. Je te fais part de mes intentions tout en jouant avec les mots. « Moi t’allumer dans une salle de ciné. Non pas du tout. » Pourtant mes doigts et mes lèvres disent le contraire. Cela à l’air de te plaire. De toute façon vu ta façon d’être réceptif cette idée t’enivre autant qu’elle m’envoute. A cet instant je me demande qui est le plus pervers des deux. « Moi faire l’innocent. Aiden voyons tu me connais. » J’ai presque envie d’éclater de rire. C’est dans des moments pareils que je gueulerais bien au monde entier que je t’aime. Tu ne sais pas combien tu me chavires le cœur et les tripes. Ou si tu le sais, tu ne dis mot. Surement ta pudeur qui t’en empêche. Il est vrai qu’il m’est plus facile qu’à toi de laisser exploser mes sentiments. Après sur d’autre terrain c’est ma pudeur qui nous empêche de briser certaines chaines. Je retrouve rapidement l’objet de mon désir tout en savourant le gout de tes lèvres et de ta langue autant coquine que la mienne. Ma main s’empare avec douceur de ta virilité tout en gardant encore une marge de sécurité. Je prends mon temps, même s’il est compté. Mais l’envie de te faire jouir dans ce lieu est déjà là, au creux de mes veines. « Oui je sais. » Un instant ta phrase m’emmène vers d’autre horizon. Elle résonne dans ma tête me faisant penser à des expériences que je ne suis pas certains d’arriver à partager. Je ne veux pas y penser. Je me laisse troubler par ton regard. Par ton souffle sur ma peau. Et par l’envie qui se fait plus brulante. « Avec toi j’aime toujours être gourmand et encore plus quand cela touche la luxure. » Et je me fais plus insolent venant chercher ta chair avec ma chair. Ta queue est déjà tendue. Et je la savoure de mes doigts avec sensualité. Tout en laissant mes lèvres titiller ta peau. « Je vois ça. » J’aime te sentir bander sous mes caresses. Cela me rend plus affamé. Tu écartes tes cuisses ce qui me fait sourire. Mais j'ai plus de liberté dans mes mouvements. Tu te rends plus offert aussi. « Non pas du tout je vais attendre d’être à la maison. » Ma voix se fait moqueuse et je te fais un clin d’œil. Mes lèvres effleurent ton oreille. « Ma bouche. Je ne veux pas perdre une goute de ton succulent nectar. » Je te mordille le lobe. « Et puis je n’ai pas d’essuie tout à porter de main. » Tu viens à ton tour me taquiner du bout de tes doigts. Je retiens un gémissement contre la peau de ton cou. Je me sens à l’étroit dans mon pantalon. « Ma queue adore quand tu t’occupes d’elle. Et avec toi j’ai toujours envie de prendre mon pied. Pas toi ? » Nos regards s'affrontent avide de désir. Mes lèvres embrassent les tiennes avec plus d’insolence. Tu me rends brulant. Ma main se fait plus experte sur ta virilité. Je te sens même te cambrer. J’aime te savoir en mon pouvoir. Je jette un coup d’œil autour de nous. Tout le monde à le regard rivé sur l’écran. De plus une scène d’amour se met en place. Quelques gémissements résonnent dans la salle. L’occasion rêvée pour te dévorer. Je descends lentement vers ton bas ventre, sans te quitter du regard. Ma langue glisse sur ton bas ventre. S’aventure à la naissance de ton soldat. Et puis je referme l’étau brulant et humide de mes lèvres autour de ta queue qui durcit d’avantage. La mienne réagit au désir qui s’empare de ton corps. Je ferme les yeux et savoure. Alternant douceur et fermeté sur ta peau.  



Emi Burton

_________________
« Un baiser, c'est quelque chose de plus que le premier contact charnel de deux corps: c'est l'exhalation de deux âmes enamourées. Mais le baiser criminel longtemps retenu, longtemps désiré, est plus sensuel encore. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maxden Couple
avatar
en savoir plus sur moi
Messages : 124
age : 28
Date d'inscription : 18/03/2016

MessageSujet: Re: Quand la tentation taquine les sens. ( Maxden Jeu 27 Avr - 19:23

La luxure est une addiction pour le jeune homme, qui ne refuse aucune expérience dans ce domaine. Il n’a aucun tabou dans la matière et serait susceptible de la déguster sous toutes ses formes, quitte à dépasser certaines limites conventionnelles. Partager de tels instants en compagnie de Maximilian est exquis. Il savoure les sensations merveilleuses, qui enivrent ses sens en sa compagnie. Leur complicité rend l’instant que d’autant plus grisant et Aiden abandonne toute pudeur pour entrainer son amant dans cette voix insidieuse qu’il a initié. S’il escomptait qu’il se refuse à une telle expérience, il aurait dû s’abstenir. Ce qui ne semble pas être l’objectif du plus vieux. Bien au contraire, il semble satisfait de l’effet qu’il a sur sa chair, qui s’enflamme sous la pression de ses lèvres et de ses doigts. Cela l’excite d’avoir la queue à l’air dans cette salle de cinéma, prête à être dévorée des doigts ou de la bouche de son amant. Il adore jouer avec le feu, la décence ou la raison. Il veut juste vivre, ressentir les choses sans se former des limites futiles. Il aime l’idée de les vivre avec Maximilian, car les choses prennent une saveur bien singulière et inégalable. Cette réalité trouve naissance dans la puissance de l’affection qu’il lui porte. De ce fait, il ne se gêne pas pour exprimer le fond de ses pensées, de taquiner cet homme qui lui offre des caresses particulièrement grisantes. Il a l’ambition de s’adonner à des actions crapuleuses avec son amant. « Sois plus crédible. » Il commente juste de sa voix charmeuse en savourant les mouvements de son amant contre sa protubérance affamée. L’idée qu’il lui offre une gâterie l’excite cruellement dans la situation actuelle. Les mots crus ont un effet grisant qu’il ne retient pas. « Tu n’aurais qu’à sucer mon nectar sur tes doigts. » Il le taquine sans user de mots plus délicats. Leur intimité est assez forte pour qu’ils n’aient à faire attention aux propos qu’ils usent. D’ailleurs, Aiden ne se gêne pas à venir frôler la virilité de Maximilian à son tour. Il apprécie sa fermeté, se pince la lèvre satisfait de l’exciter de cette manière sans le toucher. Aiden peut être particulièrement malicieux dans ce domaine. Cela relève d’un jeu auquel il est particulièrement friand. La remarque de Maximilian lui arrache un sourire. « Je ne voudrai pas te contrarier, mais l’état de ma queue laisse clairement entrevoir la réponse, non ? » Leurs regards brûlants et avides s’ancrent à l’autre. Leurs souffles sont courts et leurs lèvres se dévorent de manière plus incendiaire. Aiden le laisse prendre le contrôle, savoure cette chaleur envahir ses entrailles et accroitre son excitation. Putain ! Il aime qu’il le caresse de cette manière. Il répond avec le même entrain et est satisfait de le voir glisser ses lèvres vers le bas de son corps. Le film couvrira leur cupide entrevu. Aiden ne perd pas une miette de la vue exaltante qui s’offre à lui. Maximilian le fixe de son regard gourmand et sans un mot, Aiden l’incite à poursuivre son initiative. Sa virilité se gorge d’un plaisir sans nom lorsque sa bouche s’empare d’elle. Aiden se mord la lèvre, retient un gémissement et laisse cette caresse chaude et humide enivrer ses sens. Il profite de la vue, laisse cette ambition dévorer ses entrailles. Il sourit de manière coquine, glisse sa main dans la nuque, les cheveux de son amant pour l’inciter à poursuivre. Ces coups de langues, ces mouvements de va-et-vient embrasent tout son être. Il lui arrive de pencher légèrement la tête en arrière pour retenir ses gémissements. Il s’agrippe à ses cheveux, sourit de façon plus ferme, car il prend son pied et ne le cache pas. Ses reins viennent même chercher cette bouche qu’il désire parcourir jusqu’à la jouissance. Il prend son temps, laisse bien ce désir s’immiscer insidieusement en lui, au point de lui retourner les tripes. C’est cruellement parfait ! Il se pince la lèvre, grogne quand le plaisir est trop important pour être contenu. Il explose au creux de ses bouches, le souffle court en souriant satisfait. Il ne sait pas si son grognement a été trop fort, mais il en a rien à foutre. Il vient de toucher le paradis terrestre et c’est avec satisfaction qu’il retrouve la saveur de la bouche de son amant. Il partage un baiser sulfureux, savoure le gout singulier de sa bouche. Leurs lèvres se font incendiaires tandis que sa main retrouve la protubérance de son amant. « J’aime quand tu bandes comme ça. » Il a son sourire coquin, son regard enflammé et viril, qui a séduit cet homme, il y a plus de dix ans. « Je sens que tu as faim ? Ta queue est si dure… Elle veut quoi ? Mes doigts ? Ma bouche ou mon cul ? » Il le provoque, vient sucer sa lèvre pour venir essuyer sa bouche. Le gamin insolant est avivé. Il a trop envie de jouer. « On a qu’à emprunter les toilettes comme la dernière fois. » Il propose simplement. « a part si tu as peur qu’on voit que tu as envie de te taper mon petit cul. » Et il rit en se léchant la lèvre tout en se la mordillant. Il l’allume clairement.

_________________
L'amitié est la similitude des âmes.
L'amitié est une âme en deux corps. Elle double les joies et réduit de moitié les peines.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maxden Couple
avatar
en savoir plus sur moi
Messages : 101
age : 42
Date d'inscription : 16/12/2016

MessageSujet: Re: Quand la tentation taquine les sens. ( Maxden Sam 29 Avr - 11:49

La chair peut vite devenir avide de sensation.
FEAT. | Aiden

Doucement le venin du désir se distille dans nos veines. Il rend nos regards plus insolents et nos gestes plus intimes. L’obscurité de la salle et nos places en retrait nous permettent de nous lancer dans un jeu de provocation des plus diaboliques. Nos mots viennent tour à tour caresser nos peaux et enflammer nos reins. Ils se font de plus en plus indécent ce qui rend l’instant plus torride et sensuel.  C’est à la fois délicieux et terriblement grisant. Tu joues de ton charme avec adresse me faisant succomber d’avantage. Difficile de résister à ton regard cupide et avide d’une suite encore moins sage. Tu es prêt à tout pour obtenir cette sucrerie et tu ne comptes pas me laisser t’en priver. De toute façon depuis le début c’est moi qui te taquine. Alors si là je me débine tu vas sérieusement me le faire payer. Et je frissonne lorsque tes doigts se perdent sur ma virilité. Putain tu es un incorrigible provocateur. Mais j’adore ça et puis cela me manquait tellement que là je suis prêt à céder à tout, du  moment que tu me donnes du plaisir et que je t’en donne en retour. Enfin presque à tout, certains sujets restent encore verrouillés dans mon esprit. Mais à cet instant je ne veux qu’une chose te dévorer. « Dis carrément que tu veux que je te suce dans cette sale de cinéma. Au moins ce sera clair. » Je te provoque encore un peu avant de venir te gratifier de cette douce et chaude sucrerie. Et ma bouche s’empare de ta queue avec appétit et gourmandise. Je te laisse savourer ce feu que je distille du bout de ma langue. Je t’enivre pour te conduire vers la jouissance et je m’enivre de son nectar lorsque tu te délivres. Je sais que tu as pris ton pied tout ton corps le crie. J’aime te sentir fébrile et abandonné. Je retrouve tes lèvres pour un baiser qui est loin d'être sage. Alors que tes doigts se font incendiaires contre ma virilité. Putain tu me donnes encore plus envie. Je gémis contre ta bouche. « Difficile de résister à tes caresses. » Mes doigts glissent sur ta peau. Nos regards s’affrontent, ivre du même feu. Et tu continues de me taquiner avec aisance et habileté. Tu vas finir par me perdre, mais putain j’aime ça. « J’ai terriblement faim oui. J’ai envie de tout .. de tes doigts. » Mes lèvres savourent ta caresse. « De ta bouche. » Mes lèvres se perdent dans ton cou. « De ton cul. » Ma main se fait plus intime. Je suce ton lobe d’oreille avant de venir retrouver tes lèvres. « Je veux tout. » Mon regard se noie dans le tien. Mon cœur s’emballe et mon corps se fait presque impatient contre le tien. Tes propos font dessiner un sourire sur mes lèvres. « Il est vrai que c’est une solution. Moi peur non et puis j’ai mon blouson il cachera très bien cette partie là. » Je t’embrasse avec fougue avant d’arranger mon pantalon pour facilité mon déplacement. Pas question qu’il finisse à mes pieds avant d’arriver dans les toilettes. Et je me lève mettant mon blouson au niveau de ma taille. Cela fera largement l’affaire. A vraie dire personne ne nous regarde trop occupé à mater le film. Je me dirige vers la sortie tout en m’assurant que tu me suis. Faudrait pas que tu es l’idée de regarder la fin du film. Mais vu ton état je crois que tu préfères te retrouver dans les toilettes avec moi à savourer un moment de luxure des plus indécents. Je sors de la salle, les wc ne sont pas loin et personne à l’horizon. Nous y sommes rapidement. Je te pousse dans le wc handicapé, plus de place pour notre échange. Je te colle contre la paroi. J’accroche mon blouson au porte manteau pour avoir les mains libres. Et mon corps se colle contre le tien. Mes lèvres emprisonnent tes lèvres dans un baiser plus brulant. Ma main retrouve ta queue pour lui redonner de la vigueur. « Tu es tout à moi sexy boy. » Mon regard se fait provocant. Je suis affamé et je compte bien te dévorer et me faire dévorer. « Tu sais que tu es un vrai danger public quand tu me regardes de cette façon. Je ne vais plus pouvoir me contrôler. Petit cœur. Mais je suis certain que tu vas adorer ça. Pervers va. » Et mon corps se colle d’avantage. Le désir brule chaque parcelle de ma peau et le jeu ne fait que commencer. Et ne va pas être sage. Non loin de là.    



Emi Burton



RP TERMINÉ

_________________
« Un baiser, c'est quelque chose de plus que le premier contact charnel de deux corps: c'est l'exhalation de deux âmes enamourées. Mais le baiser criminel longtemps retenu, longtemps désiré, est plus sensuel encore. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
en savoir plus sur moi

MessageSujet: Re: Quand la tentation taquine les sens. ( Maxden

Revenir en haut Aller en bas

Quand la tentation taquine les sens. ( Maxden

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Heath t'es moche tu pues tu sens la morue et quand j't'ai vu j'ai cru voir un cul mais non ce n'était que toi devant moi.
» (Terminé) Je me sens pousser des ailes quand je suis avec toi ... (Eddie & O.)
» Quand t'es malade, ben après... Tu sens l'fauve ! 06/12 à 9h45.
» « Quand tu ne te sens pas bien, ne te cache pas ; parles-moi. »
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Love Dust :: corbeille :: maxden-