forum privé de RPG
 

Partagez | .
 

 Frustration ou délivrance. ( Aiden & Alexander

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
Maxden Couple
avatar
en savoir plus sur moi
Messages : 162
age : 43
Date d'inscription : 16/12/2016

MessageSujet: Frustration ou délivrance. ( Aiden & Alexander Dim 23 Avr - 18:55

Oublier la raison pour juste se livrer à la tentation.
FEAT. | Aiden & Alexander

Les weekends sont source de luxure intense pour nous ces derniers temps. Je ne me lasse pas de ton corps et de ton petit cul. Même si tu ne comblais d’une certaine manière, il y avait cette frustration brulante. Depuis quelques semaines tout est bien différent. Pouvoir enfin te posséder à nouveau me rend plus indécent et insolent niveau luxure. Cela me fait oublier le fait que je ne suis surement pas le seul à profiter de tes faveurs. Même si tu restes discret je ne peux m’ôter cette idée de la tête. Je ne dis rien et l’accepter même si parfois je me réveille la nuit. Cela reste douloureux de devoir te partager. J’essaie de penser aux paroles échangées avec Sebastian pour arriver à affronter cette situation. Mais mon cœur saigne quand même,  je ne le garde pour moi ne voulant pas te perdre. Ou enclencher une discussion dont l’issue pourrait être fatale comme la dernière fois. Je surmonte ce que je ressens, enfermant cette douleur profondément en moi. Je vis essayant de te cacher ce poids qui écrase ma poitrine. Tu n’as pas l’air de t’en rendre compte. Et si tu as saisi le malaise tu ne dis rien. Et moi je n’ai pas le courage d’aborder vraiment le sujet. Alors quand le sommeil m’abandonne. Je me lève sans bruit et je vais courir avec Northman, un moyen d’apaiser cette souffrance qui me ronge. Je ne veux pas qu’elle me détruise comme la dernière fois. Puis je reviens avec le petit déjeuner que je te porte au lit après une bonne douche. « Aller marmotte il est l’heure de ce lever. » Parfois le petit déjeuner se retrouve abandonné contre un moment de luxure. De quoi me faire à nouveau transpirer. Et ce samedi ne déroge pas à la règle. Du coup il est pratiquement midi quand on sort de la chambre. Et nous trainons. Même préparer le repas devient un moment de taquinerie. Comme la suite de l’après midi quand nous nous posons tranquillement dans le canapé. J’ai la sensation de ne jamais être rassasié de toi. J’ai ce besoin de te frôler du bout de mes doigts. De laisser ma bouche se nourrir de la tienne. Dans des baisers doux comme dans des baisers sulfureux. « On fait quoi après midi on bouge ou on traine ? » Nos semaines sont bien remplit, nos boulots ne nous laissent pas beaucoup d’instant de répit, du coup la réponse est souvent la même. « Okay je ne fais un café tu en veux un. » Puis je viens te rejoindre sur le canapé. « Il fait beau on aurait pu sortir Northman. Même s’il est déjà sorti ce matin. » Je viens me caler contre toi. Mes mains cherchent rapidement ta chair. Mes lèvres retrouvent ta bouche. Je laisse ma langue s’enivrer de la tienne. C’est fou comme tu me fais perdre la tête. C’est fou ce besoin de me perdre dans ta chaleur et ton odeur. « Tu sais ce qui vas t’arriver sexy boy si on reste là. Je vais me repaitre de toi. Encore et encore. » Ma bouche glisse dans ton cou. Je titille ta peau avec plus de ferveur. Mes mains retirent ton tee-shirt. Mon regard se perd dans le tien. « Pourquoi faut-il que je sois tant accro à ton corps ? Putain ça me rend dingue. » Je lève les yeux au ciel avant de venir m’installer sur tes cuisses. Mes mains vagabondent déjà sur tes hanches. Mon bassin envoute le tien dans un mouvement lent. Nos corps se frôlent et la température monte. Doucement je descends laissant ma langue gouter à chaque centimètre de ton corps. Je te lèche avec gourmandise bougeant mon bassin avec expertise. Mon regard vient kidnapper le tien. « Je vois que monsieur n’est pas indifférent à mes avances. » Je sens ta queue se gonflée de désir, mais la mienne n’est gère mieux. Je me mets à genoux dos à la baie vitrée et je te quitte ton pantalon. Je joue un peu contre ton boxer avant de te l’ôter à son tour. « C’est vraiment dans cette tenue que je te préfère sexy boy. » Un sourire taquin se dessine sur mes lèvres. Et ma bouche vient embrasser ton bas ventre, tes aines avant que ma langue lèche ton soldat déjà bien tendu. Je prends mon temps, savoure le désir que je distille sur ta peau. Je compte bien te faire perdre la tête avec de la perdre à mon tour.  



Emi Burton

_________________
« L'amour est un trésor précieux qu'on perd facilement. Donnez-lui donc une base, afin qu'il soit éternel, l'estime et la confiance.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maxden Couple
avatar
en savoir plus sur moi
Messages : 187
age : 29
Date d'inscription : 18/03/2016

MessageSujet: Re: Frustration ou délivrance. ( Aiden & Alexander Lun 24 Avr - 16:46

L’avancement du projet rentre dans une étape décisive. Les voyages se font nombreux pour lui et Adrian depuis quelques semaines. Il ne s’en plaint pas, même s’il savoure le fait d’être chez lui, en compagnie de Maximilian et de la petite colocation qu’ils forment avec Lawrence et Bleuenn. Les deux jeunes gens sont de sortie comme chaque week-end, ce qui laisse aux deux amants l’opportunité de profiter des lieux pour satisfaire des pulsions qu’ils ne camouflent pas. Aiden est satisfait de retrouver cette complicité charnelle avec Maximilian et ne boude pas son plaisir. Au contraire, les expériences crapuleuses, parfois peu coutumières ponctuent leurs instants à deux et cela lui procure un bien être conséquent. Aujourd’hui, il a juste envie de se poser. Il a même décommandé sa partie de Basket tant il a du sommeil a récupéré, mais comme toujours, il ne refuse pas à s’adonner à une dance charnelle en compagnie de son amant. Ce dernier est très gourmand. Cela ne l’étonne guère, car il connait ses charmes et sait combien Maximilian en est dépendant. S’il y a quelques semaines, cette dépendance l’indisposait, car il ne pouvait le satisfaire réellement, les choses ont évoluées. En conséquence, il est tout disposé à passer son après-midi en sa compagnie. « Je veux bien oui, merci. » Il déclare lorsqu’il lui propose un café. Il allume la télévision, trouve une chaine où est diffusée une comédie. Les meilleurs programmes selon lui pour ne pas se prendre la tête. Il revient vers lui avec lesdits cafés, les disposent sur la table basse avant de prendre place à ses côtés. Comme toujours Maximilian cherche le contact. Cela lui arrache un léger sourire amusé et il sent déjà que Maximilian n’a aucune envie d’être sage. Cela ne manque pas. Sa bouche retrouve la sienne. « Déjà en manque ? » Il provoque avec ce sourire narquois et enjôleur qui le caractérise tant. Maximilian ne le cache pas, l’assume à travers ses mots. « T’es juste un gourmand jamais satisfait. » Il déclare sans perdre de son arrogance, un sourire espiègle sur les lèvres. Cela ne le dérange pas. La luxure est son péché mignon et par le passé, c’était lui qui cherchait toujours à l’allumer. Petit con qu’il était lors de sa puberté. « Il parait qu’Eros s’est penché sur mon berceau. Cela doit avoir des effets. » Ses prunelles sont teintées de cette lueur de malice tandis qu’il use d’une posture charmeuse. « Je suis irrésistible. C’est tout. » Un sourire glorieux orne ses lèvres alors que Maximilian lui retire son haut, prend place sur ses cuisses. « Et toi, tu as cruellement envie de t’enflammer comme toujours. » Il le provoque, rit doucement en venant lui enlever son T-shirt à son tour, sans un mot. Il se laisse enflammer, glisse juste ses doigts sur des points stratégiques de son amant pour éveiller ses désirs. Leurs bassins se frôlent, s’envoutent et il adore la vision qui lui est faite. C’est excitant et il ne le cache pas. « Je ne voudrai pas te vexer. » Il lance par pure provocation dans une voix malicieuse. Son regard est pénétrant tandis que Maximilian se glisse à ses pieds. Il le laisse faire, ne le quitte pas du regard et le laisse s’appliquer à retirer son pantalon, griser ses sens. Il n’en perd pas une miette, se lèche la lèvre avec cette vanité qui le caractérise tant. Il adore cette sensation, le laisse retirer son boxer après avoir joué avec ses formes. Sa queue se tend avec fierté, ne cache pas son enthousiasme et Aiden s’engouffre de façon plus posée dans le canapé, prêt à recevoir sa sucrerie. Son regard est incendiaire, il provoque avec amusement celui de son amant qui titille cette partie sensible. « Continue de jouer avec elle, elle adore ça. » Il se lèche la lèvre, adopte une posture érotique sans aucune pudeur et penche sa tête en arrière quand il sent cette bouche entourer sa queue. « Putain. » Il lâche dans un petit rire. Il ne se lasse pas de cette sensation qui rend ses reins plus gourmands encore que les précédentes fois. « Oui, bouffe là. » Il se lèche de nouveau la langue, rebascule sa tête vers son amant pour l’observer user de son expertise. Il adore se faire sucer par lui, mais une silhouette dans la baie vitrée le déconcentre un instant. Cette silhouette, il la reconnait, sent son désir s’accroitre face à la situation. Alexander est là, tout penaud, pris la main dans le sac. Il repenche la tête en arrière face à un gémissement qui le prend en traitre. « Putain, qu’elle est douée cette langue. » Il rit en venant glisser sa main dans les cheveux de son amant. Il se mord la lèvre, glisse de nouveau son regard vers la baie vitrée. Son regard rencontre celui du philippin. Il le provoque, car cette situation l’amuse profondément. L’excitation ronge ses entrailles avec force. Tout cela titille ses sens comme jamais. Il aime l’idée qu’on le regarde en train de recevoir une gâterie. Cela lui rappelle les soirées libertines qu’il affectionne tellement. Cela lui donne un aperçu de l’excitation que ça pourrait lui procurer. Il grogne de plaisir, agrippe doucement ses cheveux. « Putain, c’est bon. » Maximilian accélère la cadence et l’excitation est trop forte pour être contenue. Il jouit au creux de sa bouche, se cambre face à l’extase qui lui prend les tripes. Son regard retrouve celui de Maximilian. Son sourire est malicieux alors que Maximilian remonte son torse en déposant des baisers brûlants. Leurs lèvres se retrouvent, Aiden y répond avec passion tandis qu’il s’applique à lui retirer sa ceinture. Il ouvre son pantalon, glisse sa main au creux du tissu pour lui prodiguer des caresses. Le baiser est brûlant. « Je sens qu’elle a envie que je la bouffe. » Il déclare contre sa bouche alors qu’il presse sa main contre sa virilité gorgée de plaisir. Sa bouche glisse contre sa nuque, son torse, ses pectoraux. Il l’invite à se placer entre ses cuisses tandis qu’il caresse ses formes tout en continuant de dévorer son corps. Le regard possible d’Alexander sur eux accentue sa gourmandise. C’est sans doute vicieux, mais il aime cette idée, rend l’échange encore plus brûlant et cela l’excite cruellement. Il veut embarquer Maximilian dans cette fournaise.

_________________
L'amitié est la similitude des âmes.
L'amitié est une âme en deux corps. Elle double les joies et réduit de moitié les peines.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sebrian couple
avatar
en savoir plus sur moi
Messages : 33
Date d'inscription : 16/12/2016

MessageSujet: Re: Frustration ou délivrance. ( Aiden & Alexander Jeu 27 Avr - 17:57

Alexander ne savait plus vraiment où se mettre en cet instant, est-ce qu’il devait s’enfuir ou se contenter de rester là, à regarder cette scène purement érotique. Devant lui se trouvait ses deux plus grands fantasmes dans une situation très intime et autant dire qu’il lui était bien difficile de rester de marbre. Il n’avait pas de raison particulière de se retrouver là, il se promenait seulement dans les rues du quartier avec Lennon et était tombé sur Northman, qui leur avait littéralement sauté dessus. Devinant alors que cette très belle villa était le nouveau domicile de Maximilian et Aiden, il avait voulu leur rendre visite, même si la situation avec Maximilian était toujours très complexe. Devant l’absence de réponse, il avait voulu rentrer chez lui et au moment de récupérer Lennon qui jouait avec Northman, il était tombé sur cette scène ô combien sensuelle. Son regard n’avait pas pu se détacher de ses deux silhouettes particulièrement sexy. Aiden était allongé sur le canapé, profitant simplement d’un moment de luxure avec Maximilian et en vue de leur position, il imaginait très bien ce qu’il lui faisait, une fellation digne de ce nom. La scène qu’il avait sous les yeux eut le don de le faire littéralement fantasmer, la température de son corps augmentant subitement, tout comme sa virilité qui se réveillait dans son boxer. Mais, sans aucun doute, ce qui l’excitait plus encore était de croiser le regard d’Aiden à travers la vitre. Pris la main dans le sac, Alexander était d’autant plus perturbé, se battant entre l’idée de partir et de rester là, à juste profiter de la scène. Sa conscience aurait pu lui dicter de partir, mais son corps lui faisait bien comprendre le contraire. Il avait devant lui une scène très excitante et il lui était bien difficile d’écouter sa bonne conscience. D’autant plus qu’Aiden le narguait de l’autre côté, le provoquant, alors que ses expressions devenaient plus sensuelles. Heureusement pour lui, il n’entendait pas les gémissements ni le bruit de ses lèvres qui offraient une fellation, sinon il rendrait les armes tel un adolescent dans son boxer. Aiden atteint l’extase sous ses yeux et ce moment réveilla ses souvenirs à ses côtés, chacun des instants coquins qu’il avait partagés avec lui et autant dire que cela l’excitait d’autant plus. Heureusement pour lui, Maximilian ne le voyait pas, étant de dos, au risque de mourir dès lorsqu’il le remarquerait. Quelques instants plus tard, Maximilian et Aiden s’embrassaient, alors qu’Aiden venait retirer la ceinture de Maximilian, faisant descendre légèrement son pantalon pour se saisir de sa virilité. Il n’y avait absolument rien à dire, Maximilian était toujours autant excitant que par le passé, la vision qu’il lui offrait était d’autant plus excitante que quinze ans en arrière. Alexander se plaisait résolument à être le voyeur de ce moment, même s’il savait que cela n’était peut-être pas très respectable. Alexander se sentait de plus en plus à l’étroit dans son boxer, hésitant longuement à partir, avant d’être repéré. Il avait l’impression de redevenir un adolescent qui fantasmait sur deux autres hommes en plein ébat, et à vrai dire il était bien difficile de les lâcher du regard, les trouvant tout simplement sublime, tous les deux, ensemble.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maxden Couple
avatar
en savoir plus sur moi
Messages : 162
age : 43
Date d'inscription : 16/12/2016

MessageSujet: Re: Frustration ou délivrance. ( Aiden & Alexander Ven 28 Avr - 10:18

Oublier la raison pour juste se livrer à la tentation.
FEAT. | Aiden & Alexander

Te retrouver charnellement est grisant, je ne m’en lasse pas. J’en abuse même. Ce manque que notre rupture a créé se comble doucement. A peine installer sur le canapé je viens te titiller. Je sais de toute façon que tu ne diras pas non à une joute charnelle. « C’est tout à fait ça. Mais à qui la faute sexy boy ? » Tu as gardé cette arrogance que tu avais lors de notre rencontre, j’aime ce côté petit con qui te rend toujours autant sexy. Et puis c’est de cette manière que tu n’as séduit et tu ne séduis chaque jour un peu plus. « Je n’aurais jamais du te dire cela l’autre soir. Tu vas me la sortir à chaque fois. » Un sourire se dessine sur mes lèvres. Alors que tu joues de tes charmes pour me rendre plus fébrile et ça marche. Je succombe avec délice. Je te mets torse nu et je m’installe sur toi. Mon bassin est avide de retrouver le tien. J’aime te sentir durcir contre moi. Un moyen de voir à quel point tu es sensible à mes charmes comme je suis sensible aux tiens. Tu en profites pour me mettre torse nu. Égalité parfaite. Les mots se font plus taquins, accentuant l’incendie au sein de mes entrailles. « Je veux te voir bruler. » Mes doigts et mes lèvres s’emparent de ta chair avec habileté. Je connais ton corps par cœur et je sais où toucher pour te faire succomber. Même si tu vas jouer les fier, ta peau frissonnante craque. Le jeu se fait plus intense même si la partie commence. Je me retrouve à tes pieds. Tu te retrouves nu. M’offrant la plus belle des vues. Nos regards brulent du même feu. Je te fais languir un peu, mais tes mots rendent mon envie plus cuisante. Comment résister à pareille demande ? Ma bouche fait prisonnière ta queue et je te sens plus offert que jamais. Ton désir se fait vorace et ton corps presque impatient. Je te sais friand de cette sucrerie mais là tu es terriblement excité. Ta main se perd dans mes cheveux accentuant mes vas et viens. Cela m'affame d'avantage. Alors ma bouche, ma langue t’emmène au paradis. Tu te vides avec insolence cambrant tes reins. Et je me délecte de ta jouissance. N’en perdant pas une goutte. Puis je reviens vers toi te couvrant de baiser. Je retrouve ta bouche pour un baiser sulfureux. « Tu es bien excité aujourd’hui. Finalement il n’y a pas que moi qui soit en manque. » Mes yeux se plongent dans les tiens alors que ta main vient libérer ma virilité. Je gémis contre tes lèvres quand tes doigts s’emparent d’elle. « Oui elle a terriblement envie de ta bouche. » Je suis autant friand que toi de cette gâterie. Je me laisse emporter par les frissons que tu distilles. Je vois une lueur des plus coquines dans tes yeux. Une lueur que je n’avais vu jusqu’à présent. Mais je me dis que c’est juste le fait de nous retrouver vraiment. Et puis cela te rend encore plus sexy. Je me laisse bercer par ton regard brulant sous tes doigts. Toujours dos à la baie vitrée je te laisse le contrôle sur mon corps. Tu en deviens le capitaine. Ta bouche glisse sur ma peau la rendant plus fébrile. Je me mords la lèvre. Mes doigts caressent ta chair alors que ta bouche s’empare de ma queue. « Putain Aiden .. » Je la sens se tendre d’avantage au creux de ta bouche brulante. Je ferme les yeux et me laisse gagner par le désir que tu distilles avec fougue et insolence. J’aime tellement ce plaisir décadent que l’on partage. Et je glisse ma main dans tes cheveux pour accentuer à mon tour le mouvement de ta bouche. « Continues c’est .. bon  .. exquis .. » Je gémis. Mon souffle accélère et mon cœur s’emporte. Je me cambre sous la puissance de la vague qui arrive. Ce n’est pas la première fois que tu me bouffes mais cela n’a jamais été si grisant. La jouissance s’empare de mes reins, elle se repend entre tes lèvres avec force. J’ai du mal à me remettre des émotions qui me submergent. C’était si puissant. Puis je retrouve tes lèvres profite à mon tour de ce gout délicieux. Mon regard se plonge dans le tien. Il a toujours cette lueur exquise. « Tu ne m’as jamais dévoré de cette façon. » Ma voix est encore tremblante et mon corps est secoué de spasmes. Tu m’as retourné les tripes. « J’ai envie de toi. » Je t’allonge sur le canapé dans ce mouvement mon regard voit la silhouette derrière la baie vitrée. Je me stoppe me demandant si j’ai rêvé ou pas. Je te regarde puis regarde la baie vitrée à nouveau. Je vois Alexander planté là. Il nous regarde. Je reste surpris. Pétrifié. Ne sachant pas quoi faire. Je suis nu couché sur toi. Et dans ma tête d’un coup c’est la panique. Mon regard fait des allers retours entre le tien et le sien. Je ne peux m'empêcher de penser que c'est la présence d'Alexander qui t'a excité autant et t'a rendu si gourmand. Je ne sais comment réagir face à cette situation. Je ne dis mot. Restant contre toi. Un peu perdu sur le coup.


Emi Burton

_________________
« L'amour est un trésor précieux qu'on perd facilement. Donnez-lui donc une base, afin qu'il soit éternel, l'estime et la confiance.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maxden Couple
avatar
en savoir plus sur moi
Messages : 187
age : 29
Date d'inscription : 18/03/2016

MessageSujet: Re: Frustration ou délivrance. ( Aiden & Alexander Ven 28 Avr - 11:39

L’extase le prend en traitre sous la coupe des lèvres gourmandes de son amant. Si l’excitation apporté par la présence d’Alexander a rendu sa gourmandise plus vive, c’est bien le toucher vorace de cette bouche et de cette langue, qui l’a mené vers ses terres délicieuses. Son cœur bat vigoureusement dans sa poitrine, comme à chaque fois qu’il a le plaisir de sentir Maximilian à ses pieds. La vision qu’il lui offre est cruellement bandante. Il ne s’en lasse pas, adore bien trop la luxure en sa compagnie pour qu’il en soit autrement. Il le trouve érotique et aime tellement s’enflammer grâce à lui. Alors sans pudeur, il savoure cette extase embaumer tout son corps sous la pulpe de cette bouche chaude et enjôleuse. Maximilian le trouve bien excité à son gout. Cela le surprend, bien que cela ne soit pas incohérent. Il y a un fait grisant, qui rend sa chair plus sensible, qui puise sa force dans le fait d’être observé. Cela l’est encore plus, grâce à lui, car cela répond à un de ses fantasmes secrets : montrer que Maximilian est à lui. Dans la vie, il lui ait difficile de le montrer ouvertement, mais dans ce domaine-là, il est tout disposé à montrer la force de ses sentiments. Ils ont juste des approches et des sensibilités différentes. « Vraiment ? » Il questionne dans un sourire enjôleur. « Je pensais juste que tu es de plus en plus doué dans ce domaine. Ma queue a encore plus envie de s’offrir à ta bouche. J’adore quand tu me suces comme ça. » Il murmure dans une voix charmeuse en venant à son tour imposer sa présence sur sa queue. Il la presse de ses doigts brûlants, porté par l’envie de le satisfaire. Bien sûr que l’hypothétique présence d’Alexander l’excite. Cela a un côté grisant qu’il ne peut pas refuser, mais c’est bien le corps de Maximilian qui enflamme ses reins. Il se laisse porter par ses pulsions sans se poser de question. Il prend à son tour possession du corps de son amant. Sa bouche grise son torse, lèche cette peau hâlée par la transpiration. Il ne se lasse pas de sa saveur et glisse son visage au creux de ses aines. Il les lèche, les suces en venant caresser sa queue de ses doigts. Son regard ne lâche pas le sien et il le met à nu à son tour. « J’aime ce regard. » Il commente dans un sourire mutin alors qu’il vient envelopper sa queue de sa bouche gourmande. Il l’immisce au creux de ses lèvres, lui prodigue ses caresses qui rendront sa fermeté que plus conséquente. Il semble le plaisir s’immiscer dans les veines de Maximilian, lui prendre les tripes et ça l’excite de nouveau. Il met tout en œuvre pour l’entendre gémir, grogner et jurer de plaisir. Il se plait à avoir un tel pouvoir sur sa chair. Ses mains libres glissent sur ses cuisses, ses hanches, ses fesses. Il agrippe sa peau, joue avec sa virilité en venant la relâcher pour titiller ses aines. « J’aime quand tu bandes comme ça. » Il se mord la lèvre, titille le bout de sa virilité de sa langue avant de la plonger de nouveau dans ses lèvres. Il sent le feu qui grogne en Maximilian, qui titille ses tripes avec violence. Il se fait plus gourmand, déterminé à le sentir finir sa course entre ses lèvres, car cela a une sensation si grisante pour lui. Oui, ça l’excite. Sa queue reprend de la vigueur entre ses cuisses. Il aime lui retourner les tripes de cette manière et n’hésite pas à titiller sa peau de toute les manières possibles. Il le sent finir sa course entre ses lèvres. Il savoure la texture de ce breuvage qu’il avale jusqu’au bout avant de remonter ses aines de sa bouche et rejoindre sa bouche. « C’est le manque qui te fait dire ça, car je t’ai déjà fait brûler encore plus fortement par le passé. Surtout les premières fois dans ton bureau, quand j’étais un gosse insolent qui venait te tailler une pipe dans ton bureau à Auckland. » Son regard est brillant de malice. « Tu étais alors encore plus tremblant qu’aujourd’hui. T’aimais que je te pousse en dehors de tes habitudes. » Il rit délicieusement, de manière complice en venant savourer sa bouche. « Elle me manque presque. » Il admet dans un petit sourire mutin avant que son amant ne l’intime à prendre place sur le canapé. Il s’applique, nullement dérangé à l’idée de se soumettre à la puissance de son bassin. Il ne regarde même pas en direction de la baie vitrée, mais le geste arrêté de Maximilian lui laisse comprendre qu’Alexander est toujours là. Aiden suit son regard et plonge son regard dans celui d’Alexander. Un sourire amusé se niche sur ses lèvres. « Je crois qu’il va bien fantasmer sur nos deux, ce soir. » Il use de désinvolture, faisant comprendre que cela ne le dérange pas. Il est loin d’imaginer que Maximilian est au courant pour ce baiser entre eux deux, que la relation entre les deux hommes s’en retrouve tendue de nouveau. Aiden a du mal à croire qu’Alexander a des sentiments à son égard similaires à ceux du passé. Il le pense être de la même nature que Maximilian. Il ne pourrait supporter l’idée de le voir faire l’amour à quelqu’un d’autre. De ce fait, il suppose que le désir a une saveur différente du passé. Pourtant, il sent le malaise qui traverse le corps de Maximilian. « Tout va bien ? » Il questionne dans un ton plus soucieux en venant plonger sa main dans la nuque de son amant. Il plonge son regard à la fois songeur et passionné dans le sien. « Tu veux arrêter ? » Il demande dans une voix faible. Pour Aiden, c’est la meilleure occasion de savoir s’il pourrait supporter des soirées libertines avec lui. « Il peut regarder s’il veut, baver sur mon cul ou le tien, le mien est à toi et le tien à moi et ça, ça ne changera jamais. Tu le sais. » Il tente d’effacer les angoisses qui peuvent s’ancrer dans l’esprit de Maximilian. Aiden est disposé à continuer d’enflammer leurs reins en laissant Alexander spectateur ou même en l’invitant à se mettre à ses aises. Il a juste envie de se laisser porter par cette adrénaline, mais il est certain que la réaction de Maximilian, lui permettra de croire ou non à un futur plus complice entre eux.

_________________
L'amitié est la similitude des âmes.
L'amitié est une âme en deux corps. Elle double les joies et réduit de moitié les peines.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sebrian couple
avatar
en savoir plus sur moi
Messages : 33
Date d'inscription : 16/12/2016

MessageSujet: Re: Frustration ou délivrance. ( Aiden & Alexander Ven 28 Avr - 23:48

Plus les minutes s’écoulaient, plus Alexander avait l’impression d’être un adolescent devant la scène qui se déroulait sous ses yeux. Il n’était que spectateur et seul Aiden l’avait remarqué, ce qui rendait la scène d’autant plus cocasse.  Il avait l’opportunité d’observer les deux amants dans des moments luxuriants et il serait mentir que d’avouer qu’il n’aimait pas cela. Est-ce qu’il devenait un homme pervers ? Il ne savait pas, il ne s’était jamais retrouvé dans cette situation et il devait avouer que cela le troublait d’autant plus. D’autant plus qu’il était à présent avec Juan et qu’il devrait logiquement passer à autre chose, ne pas fantasmer sur ses deux hommes qui faisaient littéralement l’amour. Ils s’aimaient tous les deux, d’un amour profond et passionné, il ne pouvait que le constater. Un amour qui n’était pas présent avec Juan, aussi agréable pouvait être leur relation. Néanmoins, il ne préférait pas y penser en cet instant, sa virilité lui intimait bien d’autres choses. Alexander se mordait les lèvres inconsciemment, n’arrivant pas à lâcher du regard Aiden qui venait à présent offrir une fellation digne de ce nom à Maximilian. La vision était imprenable sur leurs corps et d’autant plus à présent sur les fesses de Maximilian qui étaient tout à fait exquises à observer. Il ignorait chacun des mots qu’ils prononçaient, mais leurs rapports étaient passionnés, si bien qu’il n’arrivait tout simplement pas à contrôler ses envies, désirant inconsciemment les rejoindre pour goûter à ce plaisir. Il savait que cela état résolument mal et que cela était impossible, mais cela accentuait un doux fantasme qui était né dans son esprit quelques mois plus tard, après une nuit alcoolisée dans un bar. Ces nuits seraient peuplées de fantasmes des deux hommes, il en était persuadé, songeait-il alors qu’il sentait ses mains devenir de plus en plus moites. Cela faisait de nombreux mois qu’il n’avait pas ressenti ce désir de manière si fort. Les minutes s’écoulaient et il se sentait de plus en plus mal à l’aise et à la fois excité. Il supposait que Maximilian avait réussi à atteindre l’extase, Aiden abandonnant sa virilité pour rejoindre sa bouche. La suite de leurs actions était tout à fait délicieuse à regarder, Maximilian venant allonger Aiden sur ce canapé et en vue de leur position, il les trouvait d’autant plus excitants. Néanmoins, lorsqu’il sentit le regard de Maximilian, il ne put que déglutir, d’autant plus à celui d’Aiden. Il avait été remarqué par les deux. Une situation ô combien complexe qui lui donnait envie de partir et à la fois de rester là. Son corps était enflammé, ses pupilles dilatées et il hésitait longuement entre fuir ou rester ce voyeur qui se rinçait l’œil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maxden Couple
avatar
en savoir plus sur moi
Messages : 162
age : 43
Date d'inscription : 16/12/2016

MessageSujet: Re: Frustration ou délivrance. ( Aiden & Alexander Dim 30 Avr - 10:25

Oublier la raison pour juste se livrer à la tentation.
FEAT. | Aiden & Alexander

L’instant est délicieux. Je te sens plus offert que jamais. Tu te donnes. Tu t’abandonnes et cela me rend plus gourmand contre ta virilité. Je la laisse dire grâce entre mes lèvres prenant soin de ne rien perdre de ce nectar que tu m’offres sans retenu. Puis je retrouve ta bouche, je me sens fébrile dans l’échange de ce baiser. Mais aussi avide de la suite qui s’annonce envoutante et pleine d’ivresse. Tes mots m’emplissent de joie, savoir que tu as apprécié cette gâterie me fait chaud au cœur. Nos derniers échanges étaient forts et érotiques mais tu me privais de tes mots, ce qui me frustrait également. Les retrouver rend cette joute bien plus exquise. J’aime quand tu me provoques ou m’encourage de la sorte. Quand tu te fais insolent et indécent. C’est comme quand tu me dis "je t’aime" cela me rend encore plus affamé. Plus réceptif et sensible. « Je ne voudrais pas que l’élève dépasse le maitre du coup je mets de plus en plus de cœur à l’ouvrage. » Je te taquine tout en laissant mon regard se perdre dans le tien. « Il est vrai que ta queue a été particulièrement gourmande. Et j’avoue que te sucer est un vrai régal surtout quand tu jouis avec tant de plaisir. »  Tu mets le feu à ma virilité à ton tour. Tes doigts l’entourent de leur chaleur et cela me rend encore plus dépendant de toi. Tu te fais gourmand. Tes lèvres s’emparent de ma chair et je frissonne alors que tu descends vers ma virilité qui n'attend que ça. Tu t’attardes aussi. Savoure ma peau alors que mon regard se fait impatient dans le tien. Tes doigts se font plus taquins et mes reins brulent d’un incendie sans fin. Tes gestes deviennent indécents et je bande d’avantage. « Putain. » Ta langue vient augmenter mon excitation avant que ta bouche ne la rende plus intense. Je me laisse dévorer appréciant chacun de tes touchers. Je suis ravagé par le plaisir que tu distilles au plus profond de mon être. Il s’empare de moi avec force et violence. Et je le laisse me gagner jusqu’à la jouissance que je déverse dans ta bouche dans un râle. C’était délicieux. Tu es délicieux. Tes lèvres remontent vers mes lèvres marquant au fer rouge ma chair. « C’est certain qu’à cette époque tu n’avais aucune retenue et ça me rendait fou. Tu n’en as pas plus aujourd’hui  … mais là c’était vraiment différent. Enfin je les ressenti comme ça. C’était grisant. Ou alors avec tout ce qui c’est passé je suis devenu plus sensible à nos moments charnels. » Ma voix est chaude, sensuelle. Tu n’as retourné les tripes comme jamais. Et j’ai envie de plus. J’ai envie de toi. Alors je te fais t’allonger et laisse mon bassin retrouver le tien. Je suis troublé et terriblement excité. Mais une ombre .. Alexander. D’un coup je sens mon souffle se stopper. Mon cœur s’arrêter. Je suis comme figé. Paralysé. Il n’y a que mon regard perdu et interrogateur qui oscille entre lui et toi. Je ne sais que faire même si certaines pensées viennent heurter avec rage mon esprit. Alexander nous observe et je vois son trouble dans son regard. Logique avec ce qu’il m’a dit au sujet de votre baiser. Je ne relève même pas ta remarque par rapport au fait que la vision de nous faisant l’amour va le faire bander. C’est sur qu’il doit bander. Surtout sur ton corps nu, il aimerait surement être à ma place. Et je me demande si tu as réellement conscience de ce qu’il éprouve pour toi. Et de la douleur que cette vision doit engendrer dans son cœur. Il y a comme un malaise d’un coup, la bulle dans laquelle nous nous perdions est rompu et tu le sens. « J’en sais rien. .. c’est à cause de sa présence que tu étais si excité. » Pas de rage ou de colère dans ma voix. Juste une immense détresse du à l’évidence et ça noie mon cœur de tristesse. Tu glisses ta main contre ma nuque et ton regard se fait plus présent dans le mien. Je sais que tu adores ce genre de chose. Tu en es même friand. Faire l’amour est un moment intime pour moi, pour toi être regardé rend l’instant plus excitant. Vision bien différente qui nous a souvent déchiré. Mais là je ne sais pas trop comment réagir. Surtout que cette situation à l’air de te ravir. Logique le voyeur c’est Alexander situation parfaite pour toi. « Non mais on est censé faire quoi .. le laisser planter là à nous regarder .. » Je suis largué. Pour toi c’est peut être facile moi ce n’est pas le cas. Et c’est surement plus compliqué et complexe par le fait que cela soi Alexander. Je sais ce qu’il ressent pour toi et je sais ce que tu as éprouvé. Tu l’éprouves peut être encore. Et tes mots ne me rassurent pas. « Je le sais mais là cela m’a rien à voir avec nos culs  .. mais plutôt avec ta queue Aiden.. je sais pour le baiser .. je sais qu’Alexander t’aime .. et qu’il est troublé depuis votre baiser .. et toi ?  Ne me dis pas qu’il te laisse indifférent .. j’aurais du mal à te croire. » Il n’y a aucun reproche dans ma voix, c'est juste difficile de lutter contre l’évidence. Même si elle est des plus douloureux. Et sur le coup la douleur est violente. Même si ces derniers temps j’ai essayé de ne pas penser aux autres culs que tu pourrais baiser. D’ailleurs il y a qu’à voir dans quel état est ta queue alors que la mienne perd de sa gloire au vu de cette situation. Et de tout ce qui se passe dans ma tête. Je ne sais qu’elle posture prendre. Accepter de jouer le jeu, tu en crèves d’envie je le vois dans tes yeux. Ou bien fuir face à la situation qui me retourne le cœur et l’esprit. Et te décevoir. Encore une fois. Je t’aime et je ne veux pas te perdre, mais difficile de briser certaines barrières surtout dans ce cas là. Mon regard vient se perdre dans le tien comme un appel à l’aide. Sans toi je ne suis rien, et là j’ai besoin de toi plus que jamais. .


Emi Burton

_________________
« L'amour est un trésor précieux qu'on perd facilement. Donnez-lui donc une base, afin qu'il soit éternel, l'estime et la confiance.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maxden Couple
avatar
en savoir plus sur moi
Messages : 187
age : 29
Date d'inscription : 18/03/2016

MessageSujet: Re: Frustration ou délivrance. ( Aiden & Alexander Dim 30 Avr - 15:47

La tempête Alexander s’abat de nouveau sur leur couple comme un oiseau noir. Aiden ne visualise pas son ami de cette manière, mais il entrevoit clairement que la découverte de sa présence par Maximilian met un terme à toute cette ambiance délicieuse, qui s’était mise en place naturellement. La complicité qui le lie à son amant en prend une claque et si Aiden s’efforce d’avoir une posture plutôt sereine et patiente, il demeure particulièrement sensible à ce genre d’attitude. Au fond de lui, il aimerait qu’ils voient ça comme un jeu. Il a envie que leur amour s’exprime sans faire cas de la présence d’Alexander. Aiden sait qu’il attire toujours autant son ami. Le nier serait ridicule, car Aiden sait qu’il sait être irrésistible sur le plan intime. Alexander en a été victime lorsqu’il jouait avec lui et l’aidait à prendre de l’assurance sur sa sexualité. Bien entendu que l’attirance est toujours de mise de son côté. Alexander est un bel homme, avec des qualités qu’il apprécie, mais la nature de son affection n’est en rien similaire avec celle qu’il a pour Maximilian. Il apprécie Alexander, alors qu’il aime Maximilian. Pourquoi son amant ne le saisit pas ? Si Maximilian s’efforce d’avoir un ton serein dans ses propos, la teneur de ses propos ne laisse aucun doute sur le fait qu’il remet de nombreuses choses en cause. Aiden ne sait pas comment le prendre. La lueur mutine disparait et ses traits se ferment. « Je n’en sais rien. C’est agréable de s’exhiber. Comme lorsque tu as continué de me prendre au cinéma, alors qu’on n’était plus seuls dans les toilettes. Cela a un côté grisant auquel je ne résiste pas. Lui ou un parfait inconnu, cela n’aurait rien changé. C’est si dérangeant ? » Il questionne à son tour en prenant sur lui pour ne pas s’enflammer, bien qu’il a la sensation d’être de nouveau remis en cause. Il lui demande s’il veut arrêter. Encore une fois, il s’efforce de demeurer bienveillant et à l’écoute de son amant. « C’est comme tu le sens. On peut le laisser derrière la vitre, l’inviter à rentrer ou lui demander de partir. C’est toi qui décide. » Il laisse Maximilian prendre sa propre décision à ce sujet. Il ne lui dit pas ce qu’il aimerait, mais les propos qui suivent le braque. Les révélations qui lui sont faites le bouscule. Son visage se ferme et s’il gardait une certaine envie de se laisser couler, elle est complètement détruite par ce qu’il entend. « Tu me poses vraiment la question Maximilian ? » Il questionne dans une voix plus ferme. Il inspire profondément. « Je me casse le cul depuis six mois pour revenir vers toi, dépassé cette déchirure que tu as provoqué par tes mots et tu me demandes si je suis troublé par Alexander ? » Le ton de sa voix devient plus ferme. « Putain ! Tu t’entends parler Maximilian ? » Il use son patronyme en entier, car il a la sensation que tout l’équilibre qu’ils ont rebâti s’envole en fumée. Il a le regard brillant d’une certaine frustration et blessure. « Je n’en savais rien pour Alexander. Je n’avais pas la moindre idée que ce baiser avait remué tout ça. J’ai été clair avec lui. Si j’avais été un bâtard, si je ne tenais pas à ce qu’on est, bien sûr que je l’aurai baissé, sans un regret. Parce que je ne suis pas un saint et que j’avais aucun compte à te rendre à ce moment-là ! » Il sent son sang bouillir dans ses veines. Sa respiration est forte, il se relève même du canapé pour remettre son boxer. Il glisse sa main dans ses cheveux, lutte pour ne pas exploser malgré lui. « Tu veux savoir c’est quoi le problème Max ? C’est que tu te bouffes le cœur de pensées négatives et sans fondement. Il m’aime et alors ?  Moi, je ne l’aime pas. Pas de la même façon et je ne vais pas m’excuser de l’apprécier pour ce qu’il est. Ce n’est pas sa queue que je veux dans mon cul quand je veux prendre des orgasmes. Ce n’est pas lui que je veux dévorer de mes reins tous les jours. Mais oui, je suis ce que je suis et que tu le veuilles ou non, j’ai des désirs différents des tiens. Oui ça m’excite qu’on me regarde faire l’amour avec toi. Je veux que les gens jalousent notre complicité et l’érotisme qu’on dégage. Je veux me laisser couler avec toi et ne plus penser à toutes ses règles. Je t’aime, bordel ! Je dois te le dire en quelle langue pour que ça rentre enfin dans ta tête ? Dis-moi, parce que là, je commence sincèrement à perdre patience. Laisse-toi couler avec moi, arrête de réfléchir, car ça ne t’aide absolument pas. » Sa frustration éclate, à la fois douloureusement et de manière cinglante. Il commence sincèrement à perdre espoir qu’ils puissent avoir un avenir qui puissent les contenter l’un et l’autre. Maximilian n’est absolument pas prêt à le partager et ça demeure particulièrement frustrant pour le plus jeune.

_________________
L'amitié est la similitude des âmes.
L'amitié est une âme en deux corps. Elle double les joies et réduit de moitié les peines.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sebrian couple
avatar
en savoir plus sur moi
Messages : 33
Date d'inscription : 16/12/2016

MessageSujet: Re: Frustration ou délivrance. ( Aiden & Alexander Jeu 4 Mai - 0:17

Alexander venait d’être pris la main dans le sac par Maximilian et il ne savait pas vraiment comment agir à présent. Leurs actions érotiques s’étaient aussitôt arrêtés, leurs gestes suspendus à sa vue. Si la température s’était élevé au cours des dernières minutes, son angoisse et ses craintes eurent le mérite de baisser la pression, même si cela était très complexe à gérer. Maximilian paraissait plus angoissé au fur et à mesure des secondes et la tension semblait augmentait entre les deux hommes. Si Aiden s’était amusé lorsqu’il l’avait découvert, il s’agissait exactement du contraire pour Maximilian. Il ignorait les mots qu’ils prononçaient, mais leurs voix s’élevaient plus fortement. Le plaisir avait laissé place aux questionnements, au conflit entre les deux hommes. Il eut le temps de voir Aiden se relever subitement, se rhabiller de son boxer et commencer une longue discussion avec Maximilian. En cet instant Alexander se sentait résolument de trop, se sentant coupable d’être à l’origine d’un conflit. Il ne savait pas exactement quels étaient les maux, même s’il pouvait les supposer en partie, mais il sentait bien coupable. Il savait qu’Aiden aimait être observé, il savait qu’il était beaucoup plus libertin que Maximilian. Mais, ce dernier ne l’était pas par nature et sans doute que cela était le problème, même s’il savait qu’il n’était pas un inconnu au hasard. Maximilian était au courant du baiser qu’ils avaient partagé et du trouble qui le possédait depuis. Alors, l’un dans l’autre, il comprenait aisément la réaction de Maximilian, même s’il ne connaissait pas le fond du problème, ni les mots qu’ils échangeaient derrière la baie vitrée. Alexander se sentait effectivement de trop à présent au milieu de leurs échanges. Si bien qu’il s’éloigna de la baie vitrée pour essayer de reprendre ses émotions, soufflant alors que tout son corps était dans un état particulièrement frustré. La chaleur de son corps était retombée et il se retrouvait encore excitée, une sensation très étrange. Il laissa échapper un soupir alors que Lennon et Northman se dirigeaient vers lui, alors qu’il était assis non loin de la baie vitrée. Une chose était sûre, cette scène viendrait nourrir ses plus grands fantasmes, il n’avait pas su manquer une seule seconde de la luxure que les deux hommes avaient partagée. Il aurait même été capable de les rejoindre, s’il s’était écouté, mais en cet instant, il se devait seulement de reprendre ses émotions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maxden Couple
avatar
en savoir plus sur moi
Messages : 162
age : 43
Date d'inscription : 16/12/2016

MessageSujet: Re: Frustration ou délivrance. ( Aiden & Alexander Jeu 4 Mai - 8:49

Oublier la raison pour juste se livrer à la tentation.
FEAT. | Aiden & Alexander

Je me laisse emporter par l’ivresse que tu me procures. En voulant encore plus. Du coup je t’allonge sur le canapé pour pouvoir profiter d’avantage de cette joute. C’est là que je vois Alexander derrière notre baie vitrée. Je reste complètement con sur le coup. Ne sachant plus comment agir. Ne sachant que faire. Cela me déroute jusqu’au plus profond de mes tripes. Et tu t’en rends comptes. Pour moi la présence d’Alexander a augmenté ton excitation, pas facile d’admettre ce genre de chose ou plutôt d’y faire face. Et je me laisse emporter par cette idée sans penser que cela va me mener à ma perte. Et peut être à notre perte. « On était pas seul mais personne ne nous voyait. Je sais que tu aimes ce genre de chose. J’ai juste encore du mal avec .. enfin comme ça par surprise c’est déroutant .. »  Je suis tellement perdu que je ne percute pas que tu me dis qu’un inconnu t’aurait fait le même effet. Mon regard se dirige vers Alexander lorsque tu me donnes le choix par rapport à la suite de sa présence. C’est assez délicat sur le coup surtout sachant ce que je sais. Et je suis plus bouleversé par d’autre émotion que par ce choix. Je n’ai pas le temps de répondre de toute façon vu que tu réagis sur mes propos. Et je ne comprends pas au départ ta réaction. « Je suis conscient de tes efforts Aiden. Et je n’ai pas dis ça pour que tu le prennes de cette façon .. c’est juste une évidence pour moi. Je ne voulais pas te blesser ou t’agacer. » Ma voix reste calme et douce par rapport à la tienne qui s’emporte. Je me sens complètement à l’ouest. J’ai encore fait une erreur en parlant de ce qu’Alexander éprouve pour toi. Et ton regard change, j’y vois de la frustration et de la douleur. Merde pourquoi tu prends tout de travers. Ou alors c’est moi qui suis trop braqué et obsédé par certains faits. Cela me rend fou et malheureux mais je ne dis mot. Je ne veux pas envenimer la situation. Ce n’était pas mon intention au départ. Je voulais juste que tu saches à quel point Alexander tenait à toi et que tout cela me mettait mal à l’aise. Parce qu’il m’est difficile d’oublier tes réactions durant le début de notre échange. Et qu’à cet instant ce que je ressens c’est une drôle de sensation que je n’arrive pas à contrôler. Tes mots sont comme un coup de chaud et froid. Je frissonne même. « Je ne te reproche rien .. je te dis juste les choses .. pourquoi tu crois que je suis contre toi. » Je sens ta colère ce qui me perd d’avantage. Bordel pourquoi à chaque fois tout part de travers. Pourquoi mes mots te mettent dans cet état. Je ne vois pas où est le mal en te demandant s’il te fait de l’effet. Rien à voir avec ce que tu ressens pour moi. Tu ne peux pas juste me dire oui je bande encore pour lui. Même si c’est moi que tu désires par-dessus tout. « Je sais que tu n’es pas un bâtard et qu’à ce moment là tu n’avais aucun compte à me rendre. Je sais qu’il n’y a rien eu de plus alors que tu aurais pu .. je te suis reconnaissant pour ce respect que tu as eu … Je voulais juste que tu saches par rapport aux sentiments d’Alexander … » Je me sens merdique et cela sentant dans ma voix. Tu te lèves et enfiles ton boxer. Je me cale dans le coin du canapé remontant mes jambes contre mon torse. Mon regard part vers Alexander. Je sens ta nervosité. Cela me rend plus fébrile. Je t’écoute m’exploser ton amour en pleine gueule. Cela me bouleverse même si le ton que tu emploies est loin d’être romantique ou tendre. Bien au contraire. C’est comme un électrochoc. Ton intonation est douloureuse, pleine de rage, de frustration. Tout ce que j’ai déclenché juste par quelques mots que je ne voulais ni blessants, ni tranchants. J’en oublie même la présence d’Alexander. J’ai tellement peur sur le coup que tout parte en vrille entre nous et que tu te tires. Que le monde autour de nous n’existe plus. « Tu sais que ce que tu viens de dire est beau même si c’est plein de douleur et de rage. » Je baisse les yeux sur le coup me sentant responsable de ce revirement de situation. Même si cela était involontaire. Je tremble pris par cette trouille qui m’a souvent dévoré ces derniers mois. Puis je me lève et je viens te rejoindre, oubliant que je suis nu. Je ne pense même pas à ça. Je pense juste à toi et à cette détresse que j’ai encore une fois logé  dans ton cœur. Je retrouve tes yeux. « Aiden je suis désolé .. j’ai juste besoin d’être rassuré .. c’est trop dur à comprendre … je ne doute pas de toi .. ou de nous .. c’est juste de moi que je doute .. de mon incapacité à accepter tout ça .. » Je ne cherche pas le contact, ne sachant pas trop comment tu vas réagir. Même si j’en ai envie. Mais ce n’est peut être pas ce que tu désires à cet instant. « T’entendre dire qu’il n’y a que ma queue que tu veux dans ton cul pour prendre ton pied, que tu veux dévorer mes reins tous les jours, que tu m’aimes c’est  tout ce que j’ai besoin même si je le sais. J’ai besoin que tu me le dises c’est peut être idiot pour toi mais pour moi c’est important. Je sais que tu es pudique mais j’ai besoin de l’entendre même dit de cette manière avec ta rage et ta détresse. » Ma voix reste douce, pleine d’amour, de tendresse. Je m’approche d’avantage mon regard toujours perdu dans le tien. Je suis toujours troublé, complètement déstabilisé parce que je prends conscience que tout peut se jouer à cet instant. «  Je ne savais pas que ce que tu voulais, en faisant l’amour devant les autres, c’était affirmer que je ne suis qu’à toi. Je ne voyais pas ça de cette façon. Pourquoi tu ne l’a jamais dis. Je ne t’en ai peut être jamais laissé l’occasion, désolé. » Je ne voyais que le mauvais côté des choses sur ce terrain là. Pas ces côtés là. Pas ce moyen de crier au monde que je ne suis qu’à toi. Comme tu n’es qu’à moi. « Que les gens jalousent notre complicité et l’érotisme que l’on dégage .. c’est superbe dit comme ça. » Je passe mon bras autour de ta taille et t’attire contre moi. Mes lèvres frôlent les tiennes. « J’ai juste besoin que tu m’aides à aller au-delà de tout ça .. j’ai pas eu les bons mots et cela arrivera surement à d’autre moment ..  mais je te jure que je ne cherchais pas à tout gâcher. Je ne sais pas comment m’y prendre et comment agir. La preuve je fous encore une fois tout en l’air. Et ce n’était pas mon intention. C’était juste la surprise ... et le fait que cela soit Alexander .. c'est devenu plus complexe. Vraiment désolé. Je me sens con. Terriblement con. » Je sais à quel point tu peux être fier et entêté dans certaine situation. J’espère que là tu vas juste passer au dessus et me laisser ma chance. Je regarde vers la baie vitrée et je ne vois plus Alexander. « On devrait regarder où il est. Il doit être tout secoué et doit se sentir responsable. Je ne veux pas qu’il se sente encore plus mal à l’aise suite à cette situation. On pourrait lui proposer de boire un café. » La tension s’était remise en place entre Alexander et moi, après la discussion par rapport au baiser, je n’ai pas envie qu’elle ne se détériore d’avantage. Et je veux te montrer que je suis prêt à faire des efforts. Juste pour à nouveau voir cette flamme exquise dans ton regard.


Emi Burton

_________________
« L'amour est un trésor précieux qu'on perd facilement. Donnez-lui donc une base, afin qu'il soit éternel, l'estime et la confiance.»
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
en savoir plus sur moi

MessageSujet: Re: Frustration ou délivrance. ( Aiden & Alexander

Revenir en haut Aller en bas

Frustration ou délivrance. ( Aiden & Alexander

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 4Aller à la page : 1, 2, 3, 4  Suivant

Sujets similaires

-
» [Validée]Godwrath D. Alexander [Fini]
» Signature de contrat - Alexander Frolov
» F.T. d'Alexander Blake
» Alexander Caldin.
» ALEXANDER OVECHKIN .

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Love Dust :: corbeille :: maxden-