forum privé de RPG
 

Partagez | .
 

 L'érotisme, c'est quand l'imagination fait l'amour avec le corps. | Sebrian (8)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Sebrian couple
avatar
en savoir plus sur moi
Messages : 1176
age : 28
Date d'inscription : 08/03/2016

MessageSujet: Re: L'érotisme, c'est quand l'imagination fait l'amour avec le corps. | Sebrian (8) Mer 23 Mar - 23:09

L'érotisme, c'est quand l'imagination fait l'amour avec le corps.
ADRIAN & SEBASTIAN

La tentation était terriblement ensorcelante. Elle venait apporter à sa chair la saveur d’une insidieuse chaleur qui s’immisçait au plus profond de son être. C’était déroutant de prendre conscience du pouvoir qu’Adri avait gagné sur son cœur, sur son corps. Le désir qu’il ressentait à son attention était si endiablé, si désarmant. Cela rendait son être particulièrement réceptif à ses regards joueurs, ses sourires ravageurs, au point de fondre comme neige au soleil. Pourtant, c’était dans une toute passion qui venait envouter son âme à cet instant. Pour la toute première fois depuis le début de leur relation, Adrian lui offrait une vision particulièrement érotique. Cela rendait son cœur fou au creux de sa poitrine, sa respiration se faisait bien plus endiablée. Son excitation était palpable, bien que plus maitrisée que celle de son amant qui n’avait de cesse de s’offrir des caresses particulièrement délicieuses qui rendaient son charisme d’autant plus désarmant. Cette vision était juste voluptueuse et il n’en perdait pas une miette, captivé par ce corps qui se tendait peu à peu d’ambition, de gourmandise face à une frustration qui commençait insidieusement à rendre sa peau aussi avide que la sienne. Il avait de grandes difficultés à résister à l’embrasement de ses sens qui l’invitait à succomber à ce délicieux feu qui venait titiller tout son être avec force. Il se plaignait pour la force, tâchait de rappeler à cet homme qu’il avait promis d’être sage. Il était évident à cet instant qu’il ne l’avait jamais été. Ce qu’il avoua sans aucune gêne de cette voix terriblement troublante. Il se pinça la lèvre, sentait sa soif de lui s’intensifier alors qu’il sentait ses reins s’engourdir face à l’ambition qui grondait au creux de ses reins. Cette frustration était à la fois somptueuse et horripilante. Il était partagé entre deux appétits bien distincts : accroitre cette frustration pour profiter encore plus de la sucrerie qu’il en résulterait ou lui succomber pour mettre un terme à cette fournaise délicieuse qui lui retournait la tête. Son cœur battait vivement dans sa poitrine tandis que ses prunelles s’abreuvaient de ce spectacle envoutant, délicieux, excitant. Son trouble semblait rendre Adrian plus gourmand, avide dans les caresses qu’il se prodiguait. Ses gémissements ne faisaient qu’approfondir cette excitation qui embrasait ses entrailles. À la prononciation de ses derniers mots, il ne put résister plus longtemps. L’esprit ensorcelé par la luxure dégagée par cet homme, il quitta son tabouret pour s’approcher de lui. Il laissa le tissu de sa chemise glisser sur ses bras avant de rejoindre le sol, le regard ancrait au sien. Il prit place sur le canapé, le surplomba sans réellement le faire, juste pour rejoindre ses lèvres, laisser la peau de son torse retrouver la sienne. Sans un mot, ses lèvres s’accaparèrent de leurs comparses dans un baiser nullement timide. À ce stade, la légère hésitation de ses gestes disparaissait pour laisser place à un homme plus ambitieux, celui qui ne demandait qu’à se faire connaitre au sein de sa relation avec cet homme. Il était bien trop excité, désireux pour refuser une telle invitation. Sa langue vint retrouver sa compagne, sa menotte ferme et à la fois douce retrouva sa nuque pour se glisser dans sa chevelure blonde. À califourchon autour de ses hanches, son autre menotte vint retrouver le creux de ses cuisses, vint appliquer à son tour ces cajoleries que son amant s’était prodigué pour le tenter, le rendre ivre d’un désir profond. Il était si tendu, si cruellement troublant. Conscient de cette fournaise qui le rendait si gourmand, il laissa ses prunelles brillantes et gourmandes retrouver les siennes alors qu’un sourire fin venait se perdre sur ses lèvres. Il vint rire avec douceur. « Je crois que j’ai perdu notre pari. T’es vraiment vil. » Le réprima-t-il faussement alors qu’il venait déposer des baisers contre sa mâchoire, le creux de son oreille pour lui mordiller l’oreille. Sa menotte posée contre sa protubérance n’arrêtait pas ses cajoleries alors qu’il avouait dans une voix suave, essoufflée. « Tu me donnes cruellement faim, Adri... Enfin, tu t’en doutes. » Sa respiration était forte alors qu’il s’enivrait de son odeur. Il était cruellement excité, avait faim de sentir son corps contre le sien, d’être sien de nouveau. Son ambition était difficilement invisible tant sa peau était brûlante de sa chaleur.

_________________
Kiss me, don't doubt my soul, even for one second.
Without you, I'm lost. Without you, I become poison. I can't fathom awakening without one of those kisses, Without your breath on my neck.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sebrian couple
avatar
en savoir plus sur moi
Messages : 1190
age : 33
Date d'inscription : 08/03/2016

MessageSujet: Re: L'érotisme, c'est quand l'imagination fait l'amour avec le corps. | Sebrian (8) Mer 23 Mar - 23:10

L'érotisme, c'est quand l'imagination fait l'amour avec le corps.
ADRIAN &SEBASTIAN

Afin d'assouvir cette tension sexuelle qui s'impose par leurs corps écartés, Adrian joue le jeu jusqu'au bout en se masturbant seul, sous le regard intéressé et troublé de son ami. Il sent, même de loin, son corps trembler par cette passion qui l'anime. Il remarque que son crayon s'agite, qu'il ne heurte même plus la feuille trop blanche devant lui. Sebastian est dépassé par les circonstances, trop distrait et perturbé par le désir que le blond lui inflige. Alors que les minutes s'écoulaient pour rendre la frustration plus imposante, l'hispanique craque à la plus grande satisfaction d'Adrian. Il réduit la distance en s'installant à califourchon contre le corps étendu du blond. « Ça t'étonne ? il l'interroge en usant de ses airs prétentieux mêlés à un sourire fier. » Adrian avait pourtant imaginé le dénouement, il prenait conscience que la frustration serait telle qu'ils voudraient instantanément recourir à la luxure. Ce n'était qu'une question de temps, mais il savait pertinemment, même avant de débuter cet échange érotique, que Sebastian n'arriverait pas à bout de son dessin. Il ne méconnaît pas les astuces efficaces pour briser les réticences, il sait y faire avec son charme pour rendre le moment cruellement sensuel et envoûtant. Il a pu apprendre les faiblesses de son ami, la faculté d'enflammer sa peau par des regards pénétrants comme il apprécie particulièrement. Il suffit de le dévorer des yeux pour qu'un feu incandescent le consume, d'abord au creux des reins pour ensuite détenir la flamme du désir en lui. Adrian sait qu'il est aussi brûlant que lui, il peut le confirmer grâce à ses doigts qui parcourent ses courbes avec passion. Ils caressent sa peau, laissent infiltrer cette chaleur entre leurs chairs. Ils explorent son torse, la cambrure de son dos, avant de glisser ses doigts dans son jean pour caresser ses fesses ; tandis que ses lèvres s'unissent avec les siennes, et rendent le moment plus enivrant encore en assemblant leurs langues. « Toi aussi. Tu es bandant en fait, il le taquine avec un sourire incrusté sur ses lèvres, avant de reprendre possession des siennes. » La sensation est si intense qu'il ne prête plus attention au fait que Sebastian soit au-dessus de lui, ça ne lui semble pas désagréable car il n'a pas d'idées qui s'opposent à sa conception à cet instant. Son amant s'avère entreprenant, plus passionné que d'habitude, ce qui n'est pas pour le déplaire. Il sent ses doigts retrouver le haut de sa nuque, lui soutirant une mine plus détendue, avant de sentir un contact agréable au niveau de son intimité déjà bien réactive. Caressant son postérieur sans lâcher sa bouche, Adrian se laisse envahir par le désir sans le délivrer. Il pousse un soupir de plaisir chaque fois qu'il se détache de ses lèvres, toujours plus puissant selon les secondes qui défilent. Très excité, il remonte l'une de ses mains pour la guider contre sa virilité, à laquelle il accorde des mouvements fermes et électrisants. Tous deux succombent à cette luxure captivante, ils ne peuvent plus reculer maintenant que leurs corps se frôlent et déclenchent cette avidité. Après un dernier coup de poignet, Adrian reprend le contrôle de la situation en poussant son ami de l'autre côté du canapé. Il retire hâtivement les derniers tissus qui le séparent de sa nudité, puis se colle à nouveau contre lui, les positions désormais interverties. Il dévore sa bouche, son cou, cette tendresse s'avérant nécessaire pour faire l'amour à ce partenaire facilement brusqué. Il glisse ses doigts contre ses courbes, les recouvrant d'une délicatesse enivrante. La complicité est le symbole même de cette sensualité, elle définit chacun de leurs gestes et permet cette symbiose. Adrian la ressent quand il l'embrasse, lorsque ses yeux se posent sur ce corps devenu divin. Sebastian est le partenaire idéal pour apaiser ses frustrations, la bête qui ne cesse de grogner au fond de ses tripes. Rien de mieux pour se laisser transporter dans un épanouissement des plus complets.

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.

_________________
L'amour est la plus naturelle et la plus violente de toutes les passions ; elle peut, selon le caractère de celui qui en éprouve les atteintes, mener aux plus grandes choses comme aux plus horribles ; elle se compose, comme toutes les autres passions, de peines et de jouissances, mais dans un cœur qui sait la régler, les dernières l'emporteront toujours.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sebrian couple
avatar
en savoir plus sur moi
Messages : 1176
age : 28
Date d'inscription : 08/03/2016

MessageSujet: Re: L'érotisme, c'est quand l'imagination fait l'amour avec le corps. | Sebrian (8) Mer 23 Mar - 23:11

L'érotisme, c'est quand l'imagination fait l'amour avec le corps.
ADRIAN & SEBASTIAN

L’érotisme dégagé par Adrian lui donnait cruellement faim. Il ne pouvait plus résister à ce corps si délicieusement offert à sa vue. Il avait envie d’y gouter, de croquer à cette délicieuse sucrerie qui savait tant enflammer ses sens. Il l’avait retrouvé avec calme pour savourer ses formes de plus près avant de les retrouver. La posture adoptée lui permettait un certain contrôle qu’il ne prenait pas, ne comptait pas prendre dans leur relation si ce n’est pour se soumettre d’autant plus délicieusement à ses ambitions. À cet instant, il ne pensait plus qu’à ce corps, ces lèvres qu’il désirait retrouver avec volupté et ambition. Il le rendait assoiffé par cette ambition qui embrasait ses sens avec tant de force. La sensualité de leurs gestes s’exprimait sous sa plus belle forme. Sa peau savourait le frôlement de ces doigts gourmands contre sa peau avide de ce contact. Cela venait favorablement participer à la fournaise qui enchantait ses reins, les titillaient de sa flamme délicieuse. La gourmandise était un vilain défaut, mais il était difficile de résister à cet homme désormais que ses sentiments étaient évident à ses yeux. Il n’avait aucune raison d’y résister puisque cette ambition semblait être mutuelle. Il l’avait chauffé, avait agi de façon vile pour le voir succomber à cette luxure qui ne demandait qu’à être expérimentée entre leurs deux êtres. Ce dont il semblait être très fier en vue du regard qu’il lui tendit lorsqu’il le réprima faussement de l’avoir charmé de façon si insidieuse. « Non ! » Reconnut-il dans un sourire et un rire fin au creux de sa mâchoire que ses lèvres avaient envahis avec gourmandises. « Tu n’es qu’un gamin indiscipliné. » Souffla-t-il contre son oreille qu’il venait mordiller avant de rejoindre ses lèvres. Sa peau s’affriolait des caresses de son amant sur ses fesses qu’il avait rejointes avec expertise. Ce baiser se fit langoureux, déroutant, chambardant. Il laissait ses sens s’enivraient de toutes ses sensations avec délice à la fois léger et heureux. Leur complicité s’exprimait même au  travers de l’acte charnel et c’était une sensation enivrante à laquelle il ne pouvait résister, n’hésitait pas à exprimer dans des aveux nullement troublés qu’il le rendît cruellement gourmand de son corps. Il était difficile d’en douter, mais l’avouait représentait une autre étape qui demandait de partager une complicité certaine avec son partenaire. Leur étreinte devenait plus langoureuse, passionnée tandis que leurs chairs s’offraient ses délices envoutants. Il gémissait de plaisir entre chacun de leurs baisers, se laissa repousser et dévêtir lorsque l’attente d’un contact plus intime devenait plus difficile. Sa bouche vint retrouver sa comparse, son corps se laisser dévorer par cette chaleur exquise qui rendait son cœur si apte à s’enliser dans ce bien-être sincère. Leurs corps se retrouvèrent avec élégance, sensualité, érotisme et la suite ne fut que d’autant plus paradisiaque. Ils firent une nouvelle fois l’amour, tous deux emportés par l’éveil de leurs sens, partageant un instant de complicité ponctué par des sourires, des rires fins et surtout des regards pénétrants et avides de cet embrasement qui ne prit fin que lorsque leurs êtres vinrent s’unir dans une symbiose parfaite. Ces moments intimes et luxuriants qui devenaient terriblement addictifs tant un bien-être bienveillant et simple venait happer leurs âmes de sa douce chaleur.    

-- FIN --

_________________
Kiss me, don't doubt my soul, even for one second.
Without you, I'm lost. Without you, I become poison. I can't fathom awakening without one of those kisses, Without your breath on my neck.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
en savoir plus sur moi

MessageSujet: Re: L'érotisme, c'est quand l'imagination fait l'amour avec le corps. | Sebrian (8)

Revenir en haut Aller en bas

L'érotisme, c'est quand l'imagination fait l'amour avec le corps. | Sebrian (8)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Sujets similaires

-
» Alessandrina Haulnois - Quand l'imagination fait rêver !
» Léanora Hatwood ~ quand l'imagination dépasse l'inimaginable
» [RP ouvert] Insomnie quand tu nous tiens!
» Quand la mémoire vous fait défaut [Isabeau]
» On ne réfléchit à sa vie que quand on fait des erreurs.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Love Dust :: corbeille :: sebrian-