forum privé de RPG
 

Partagez | .
 

 cœurs comprimés. (sebastian)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Sebrian couple
avatar
en savoir plus sur moi
Messages : 1165
age : 33
Date d'inscription : 08/03/2016

MessageSujet: cœurs comprimés. (sebastian) Jeu 2 Juin - 11:54

Adrian est chamboulé depuis plusieurs heures, depuis ce message reçu de la part de Sebastian. Tant de haine s'écoulait entre ses mots, tant de désespoir et déception. Il a de la difficulté à concevoir qu'il est un con aux yeux de son amant, qui brillaient encore pour lui il y a quelques jours. Ses phrases le bousculent, mais sa peine démonte totalement son cœur. Il a saccagé sa poitrine d'un torrent d'affliction, encore une fois. Il est abonné à lui former des blessures indélébiles, qui lui lacèrent le cœur avec force. C'est douloureux d'en arriver à ce constat, douloureux de se trouver à des kilomètres de l'être à qui on tient le plus, surtout quand ce dernier est dans un piteux état. Douloureux de le faire souffrir autant. Alors Adrian a tout simplement sauté dans le premier avion pour le retrouver, mettant de côté son avenir et ses priorités professionnels. Il veut seulement Sebastian. Seb, Seb, Seb. Il n'a plus que cette idée en tête, il l'obnubile. Il est sur les nerfs lorsqu'il descend de l'avion à Auckland, il serre les poings lorsqu'il parvient aux douanes. Non, il ne porte pas d'armes sur lui. Non, sa valise ne contient pas de viande et nombreuses cartouches de cigarettes. Combien de putain de questions ils vont encore lui poser ?! Il aimerait s’immiscer dans leurs cages de verre et leur bousiller le crâne à coups de poing, seulement pour qu'ils le laissent passer en toute tranquillité. Ils lui font perdre du temps considérable, surtout avec leur système de valise où il est nécessaire d'atteindre une bonne vingtaine de minutes pour attraper la sienne. Adrian maudit les aéroports.

Lorsqu'il a enfin son sac entre les doigts, il s'empresse jusqu'au taxi le plus proche pour atterrir devant la maison des parents de Sebastian. Un brin de soulagement mais toujours autant agité, le ventre commençant à se comprimer. La colère de son amant sera difficile à endurer, sa détresse encore plus, mais son cœur devra s'en remettre, être robuste pour résister aux tracas de son ami et lui apporter une aide nécessaire. Il balance le billet au chauffeur pour qu'il ne se donne pas la peine de s'extirper de sa bagnole, retire la valise dans le coffre et s'introduit dans l'habitation sans même toquer. Il est comme chez lui après tout, il doute que cet événement le reniera aux yeux des Lewis. Sa mère se dirige vers lui, s'apprête à lui lancer une remarque mais le blond ne lui laisse pas le temps. Il est pressé. « Il est où ? » Il l'interroge en plantant ses yeux pleins d'angoisse dans les siens, voulant seulement recevoir cette information. De sa tête, elle pointe le haut de leur logement, sans l'indiquer par des mots. Adrian dévale déjà les escaliers lorsqu'il aperçoit une pointe de colère, mélangée à de la souffrance, dans ses yeux. « Oui, je sais, je suis un con. On en reparlera plus tard tu veux bien. » Il hurle en grimant les marches quatre à quatre, bien aidé par sa taille remarquable. En l'espace de 20 secondes, il se retrouve dans la chambre de Sebastian. Son homme est installé dans son lit, parmi une pièce sombre. Sans un bruit, il retire la majorité de ses vêtements en reprenant son souffle, puis vient se glisser sous les draps chauds. Il s'allonge contre lui, sur son flanc droit, pour enserrer sa taille d'un bras, posant sa main contre son ventre, et l'autre passe sous sa tête, pour entourer son buste. Son visage trouve refuge au niveau du cou, sent son odeur, avant de frotter son nez contre sa peau, dans un geste désespéré provoqué par le manque. « Tu m'as manqué. » Il lui annonce d'une voix douce en caressant sa chair. Il ferme les yeux pour savourer ce contact agréable, mais aussi le parfum de sa peau qui a toujours eu le don d'apaiser l'agitation qui inondait régulièrement ses entrailles. Il le serre de toutes ses forces, sans en prendre conscience, comme s'il l'avait déjà perdu.

_________________
L'amour est la plus naturelle et la plus violente de toutes les passions ; elle peut, selon le caractère de celui qui en éprouve les atteintes, mener aux plus grandes choses comme aux plus horribles ; elle se compose, comme toutes les autres passions, de peines et de jouissances, mais dans un cœur qui sait la régler, les dernières l'emporteront toujours.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sebrian couple
avatar
en savoir plus sur moi
Messages : 1149
age : 28
Date d'inscription : 08/03/2016

MessageSujet: Re: cœurs comprimés. (sebastian) Jeu 2 Juin - 12:46

La mine sombre, les traits tirés, marqués par cette douleur lancinante qui lui comprime la poitrine, Sebastian s’efforce de garder pied, de ne point laisser ses pleurs s’épandre de nouveau sur ces joues. Ces derniers jours, ces larmes ont été constantes. Il n’a pas su les contenir, si ce n’est pour quelques heures. La découverte de la paternité dissimulée de l’élu de son cœur en est la cause principale, la manière une seconde qui le marque profondément. Sa fierté, son orgueil bafoué, détruit, une colère et honte profonde inonde sa poitrine. Il s’efforce de se calmer, mais mil questions bousculent son être. Malgré le semblant de réponse obtenue par les SMS échangés dernièrement, il ne parvient pas à comprendre. Il est juste tiraillé à l’idée de perdre la place particulière qu’il a toujours eue dans la vie de son amant et meilleur ami. Il a la sensation de ne plus être un homme assez digne de confiance, qu’une barrière finit par s’ériger. Au fond, malgré la douleur que cette nouvelle provoque au creux de sa poitrine, il aurait souhaité être mis au courant, en avoir conscience pour éviter de perdre la face comme il l’a fait, la veille. Les souvenirs assaillent ses prunelles closes et quelques sanglots s’expriment sans parvenir à les amoindrir. Pourtant, il s’intime à calmer ces émotions si vives, mais la fatigue rend cette réalité plus complexe.

Des bruits en bas attirent son attention. La voix d’Adrian se fait connaitre et son cœur rate un battement. Il sent son cœur s’agiter dans sa poitrine. Du bout des doigts, il essuie ses larmes et s’efforce de reprendre contenance avant de prendre entre ses doigts les draps. Il s’y accroche pour éviter d’angoisser à la suite. Il a peur de ses réactions, de ce qu’il pourrait dire. Il a tellement peur de ce qu’il pourrait avenir… Il l’entend dévaler les marches de l’escalier, pénétrer dans sa chambre. Dos à la porte, Sebastian n’ose pas réaliser le moindre geste. Il sent cette boule au ventre se faire plus fort et cette émotivité faire des ravages au creux de sa poitrine. Il se sent honteux d’être dans un tel état, finit par s’affliger une culpabilité qui lui vient toujours naturellement. Le contact de son torse contre son dos, la pression de sa main contre son ventre, l’autre contre son buste provoque tant d’émotions au sein de sa poitrine. Il savoure cette chaleur qui s’immisce dans ses veines et l’émotion se fait d’autant plus profonde. Il inspire profondément pour contenir ses larmes. Son souffle contre sa peau, ses actions le chambardent totalement. Sa détresse le désarme totalement et sa remarque provoque immédiatement ses pleurs. Il sent des larmes s’épandre de nouveau sur ses joues tandis que sa gorge se comprime avec force.

Du bout de sa paume, il tâche d’effacer ces larmes incontrôlables. « Désolé… » Il lâche très faiblement dans une voix brisée. Il ne peut pas rester insensible face au désarroi de son amant, de créer tant d’angoisses au creux de sa poitrine. C’est sans doute la raison principale pour laquelle il a craqué face à ses SMS, lui a indiqué où il se trouvait, car il n’a juste pas la force de le rejeter. Il a juste besoin de lui et il sait tout au fond de lui que seul le blond peut lui fournir les réponses dont il a besoin pour avancer et reprendre contenance. Ses pleurs s’accentuent et il continue de les effacer dans des gestes répétés. « Toi aussi… » Il admet son manque accentué par cette douleur latente provoquée par cette rencontre. Il s’en veut de craquer de nouveau, mais c’est juste impossible de faire autrement. Il n’est pas assez fort pour ça.

_________________
Kiss me, don't doubt my soul, even for one second.
Without you, I'm lost. Without you, I become poison. I can't fathom awakening without one of those kisses, Without your breath on my neck.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sebrian couple
avatar
en savoir plus sur moi
Messages : 1165
age : 33
Date d'inscription : 08/03/2016

MessageSujet: Re: cœurs comprimés. (sebastian) Ven 3 Juin - 13:30

Adrian ne perd pas une seconde pour rejoindre son amant. Ce n'est pas un besoin ordinaire formé par le manque, il est plutôt vital et essentiel pour apaiser ses nerfs à vif. Il explose à la moindre contradiction, désire cogner de ses poings fermes lorsque l'on se pose à travers son chemin. Il n'existe qu'un seul être dans ce monde qui a le pouvoir de calmer la bête, c'est pourquoi le retrouver relève de la nécessité. Il sait pertinemment que la réciprocité est véridique, que Sebastian se replie sur lui à cet instant, se noie dans les larmes qu'il n'a pas la capacité de freiner. Elles doivent s'écouler le long de ses joues, embrumant ses yeux autant que sa tête. Les idées sombres doivent s'enfoncer dans le tumulte que doit endurer son crâne. Il lui est impossible de le laisser s'écrouler, le cœur comprimé par l'affliction provoquée par sa propre responsabilité.

Il se glisse donc naturellement sous les couettes pour retrouver la chaleur de son dos. Il l'enserre contre lui dans des gestes tendres et protecteurs, afin de lui administrer la douceur essentielle pour sa sérénité. Il sent que c'est reposant pour lui. Pourtant, lorsqu'il admet que Sebastian a formé un manque au creux de sa poitrine, il peut entendre ses sanglots. Il aperçoit ses larmes couler, elles provoquent même un contact humide contre son bras. Sa tristesse lui lacère le cœur, lui comprime la poitrine avec une force incomparable. Son ami tente de les sécher, de freiner leur cadence, mais elles se multiplient sans cesse. Ses gestes désespérés sont en vain. Alors Adrian attrape la main de son amant pour la serrer entre ses doigts, ne lui donnant plus la possibilité d'essuyer les traces. « Ne cache pas ta souffrance parce que je suis là. Laisse-la se libérer. » Il annonce car il prend conscience que dans le cas de Sebastian, c'est primordial de vider la tristesse pour repartir sur le bon chemin. « Ne brime pas ta sensibilité. Tu as tous les droits de pleurer. » Il déclare en glissant sa main droite dans ses cheveux, pour caresser doucement sa tête. C'est à lui de nettoyer ses larmes. Il dépose des baisers contre sa nuque, afin d'apaiser le torrent de larmes et de morosité qui s'abat sur l'être qu'il chérit le plus. « Chut calme-toi. On va essayer de se reposer tous les deux, pour discuter de tout ça ensuite. Ok ? » Il embrasse sa tempe, poursuit ses frôlements empreints d'une douceur extrême. Il aime cet homme à un point inimaginable.

_________________
L'amour est la plus naturelle et la plus violente de toutes les passions ; elle peut, selon le caractère de celui qui en éprouve les atteintes, mener aux plus grandes choses comme aux plus horribles ; elle se compose, comme toutes les autres passions, de peines et de jouissances, mais dans un cœur qui sait la régler, les dernières l'emporteront toujours.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sebrian couple
avatar
en savoir plus sur moi
Messages : 1149
age : 28
Date d'inscription : 08/03/2016

MessageSujet: Re: cœurs comprimés. (sebastian) Lun 6 Juin - 16:27

Il ne peut nier le manque qu’a causé son absence. Elle n’a fait qu’accroitre la douleur de se sentir mis à nu par cette personne qui a toujours réussi à lui faire douter de la perfection de leur lien. Sa fierté a été tellement malmenée par cette rencontre fortuite, mais blessante, qu’il lui est impossible de faire autrement. Les doutes sont présents, ont terrassé par leur poids cette confiance aveugle qu’il avait en leur relation. Au fond, il croit les explications de son amant, mais une part de lui-même souffre de n’avoir pas été mise au courant de cette vérité. Cela a mis en évidence une certaine réserve incongrue dans leu relation, comme s’il ne méritait pas de recevoir cet aveu qui impacte significativement leurs trajectoires. La raison, il l’entrevoit parfaitement, mais la douleur demeure intacte. Il a bien compris qu’Adrian a cédé aux caprices de son ex-femme pour lui donner une raison définitive d’abandonner tout sentiment à son égard. Il a eu le temps de réfléchir à cela, connait assez Adrian pour être sûr que c’est la raison qui l’a intimé a engendré une vie sur terre. De ce fait, il se questionne sur la raison de son silence. De quoi avait-il vraiment peur ? Est-ce vraiment par crainte de lui faire de la peine ? Le résultat n’est pas plus réjouissant, car sa sensibilité s’est trouvée réactivée. Il est transcendé par sa propre tristesse et l’angoisse visible de son amant. Une crainte à laquelle il lui est impossible de rester de marbres.

Alors, tout ce flot d’émotions lui prend la gorge, le pousse à évacuer tout ceci par des larmes qu’il ne peut pas contenir. Il a besoin que ça sorte, que toutes ces pensées ressassées durant toutes ses heures s’expriment, mais il a tellement peur de ce qu’il pourrait advenir. Il a peur d’aller trop loin dans ses paroles qu’il ne parvient qu’à blesser son petit ami et rend la situation d’autant plus complexe et critique. Il n’est pas en mesure de supporter sa colère. Elle pourrait le détruire, car Adrian est la seule personne à pouvoir lui donner ce courage et cette force d’aller de l’avant. Il est juste incroyablement dépendant de lui et seules ses paroles pourront réparer le trou béant qu’il a dans la poitrine. Indirectement, le désarroi d’Adrian active sa culpabilité et il lui ait impossible d’assumer ses larmes qu’il déverse, car trop faible. Une faiblesse que lui reproche souvent son amant, bien qu’il l’accepte. D’ailleurs, ce dernier retient sa menotte pour la serrer de la sienne. Ses paroles se veulent douces, bienveillantes. Il l’invite à déverser sa souffrance, car elle est légitime. C’en est trop pour Sebastian qui laisse ses sanglots prendre part de tout son être sous la douceur de cette main qui glisse dans sa chevelure, sa nuque. Il pleure comme un enfant, car il est à bout de nerfs. Il lui est improbable d’agir autrement tant sa nature est faible, bien trop torturée par des angoisses naturelles. Les gestes d’Adrian lui procurent un bien-être que lui seul peut invoquer. Il est chamboulé par sa douceur, sa bienveillance à son égard.

Il ferme ses paupières pour profiter de la douceur de ce contact contre sa tempe. Il l’invite à se calmer, se reposer pour discuter de tout cela. Il hoche la tête faiblement, car il n’arrive pas à s’exprimer. Il s’efforce d’inspirer profondément pour calmer le rythme puissant de sa respiration, bousculée par cette tristesse qui l’inonde. Tel un pantin, il se laisse cajoler par les frôlements emplis d’affection pour se nourrir de cette douceur et calmer ses pleurs. Les nerfs à fleur de peau, il finit par laisser un sommeil lourd le happer dans des songes sans rêves, nécessaire pour redonner de l’énergie à son être troublé. Quelques heures s’écoulent avant qu’il ne s’éveille, le corps lourd et l’esprit hagard. Blotti contre Adrian, il s’est retourné au cours de la nuit pour profiter de la chaleur de ses bras. Il sent son souffle contre son visage, son odeur titiller ses narines. Il se sent bien dans ses bras, mais n’ose rouvrir ses prunelles pour affronter la réalité. Pourtant, il finit par se contraindre en venant relever ses prunelles rougies par les larmes dans les siennes. Il lui offre un faible sourire en coin. « Je vais mieux. » Il murmure dans une voix brisée. Il prend une grande inspiration avant d'ajouter : « Et toi ? » Il questionne à son tour. L’idée de l’avoir rendu si angoissé est un poids qu’il a du mal à accepter.

_________________
Kiss me, don't doubt my soul, even for one second.
Without you, I'm lost. Without you, I become poison. I can't fathom awakening without one of those kisses, Without your breath on my neck.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sebrian couple
avatar
en savoir plus sur moi
Messages : 1165
age : 33
Date d'inscription : 08/03/2016

MessageSujet: Re: cœurs comprimés. (sebastian) Lun 6 Juin - 21:49

La poitrine comprimée, le souffle d'Adrian prend un rythme saccadé identique à celui de Sebastian. Si les sanglots ne happent pas son âme, les larmes de son amant ont un impact plus destructeur sur son corps. Il a la sensation que son cœur saigne, qu'on lui arrache à coup de poignards féroces. C'est douloureux de ressentir sa peine, de l'apaiser ; douloureux d'être l'auteur, et le témoin, de ce crime.  Alors, pour se rattraper un peu et insuffler un certain apaisement à Sebastian, le blond frôle sa chair du bout de ses doigts, dépose des baisers tendres contre son visage et sa nuque. Il étouffe sa tristesse pour un instant, pour qu'il puisse s'accorder un moment de sérénité dans un sommeil bien mérité. Lorsque Sebastian se laisse emporter par la fatigue, Adrian, lui, veille plusieurs minutes pour poursuivre ses caresses contre ses cheveux. Il patiente le temps d'apercevoir ses traits moins tirés par l'amertume et la souffrance, mais plus paisibles sous le coup de ces effleurements. Et lui aussi s'endort, se repose contre l'être qu'il aime le plus au monde. Il savoure un moment de repos, bien mérité après ces nombreuses heures à s'impatienter, à grogner dans son coin ; à souffrir, comme un bon à rien sans lui.
Ses paupières clignent lorsqu'il regagne la réalité, aux côtés de son amant. Ce dernier s'est glissé au creux de ses bras, lui fait désormais face, et il doit bien admettre que cette position lui convient mieux. « Ça va. » Il annonce de manière neutre, avant d'entourer sa taille d'un bras et d'embrasser son front dans un geste doux et coupable. « Tu veux qu'on en parle tout de suite ? » Il l'interroge en le scrutant dans les yeux. Son regard est rongé par les larmes, l'affliction qui s'est abattue sur lui dans un coup fatal et brusque. « Je ne sais pas quoi dire... » Il souffle en baissant les yeux, complètement abattu par cette situation. Il est inondé par la honte, il n'ose plus trop l'observer. Il a tout foiré. Encore une fois. Cette idée lui déchire le cœur en deux, surtout quand Sebastian est sa source de motivation pour être quelqu'un de bien. Échec jusqu'au bout.

_________________
L'amour est la plus naturelle et la plus violente de toutes les passions ; elle peut, selon le caractère de celui qui en éprouve les atteintes, mener aux plus grandes choses comme aux plus horribles ; elle se compose, comme toutes les autres passions, de peines et de jouissances, mais dans un cœur qui sait la régler, les dernières l'emporteront toujours.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sebrian couple
avatar
en savoir plus sur moi
Messages : 1149
age : 28
Date d'inscription : 08/03/2016

MessageSujet: Re: cœurs comprimés. (sebastian) Mar 7 Juin - 18:34

Après un repos mérité après ces nombreuses heures de tourmente, Sebastian est contraint de faire face à la réalité de la situation. Si la douceur des bras d’Adrian est apaisante, la douleur qu’il ressent au sein de la poitrine n’en demeure pas moins vive. Il a besoin d’obtenir ces informations, ces raisons qui ont conduit son amant à agir de la sorte. S’il en a saisi une partie, il y a des détails qu’il demeure important qu’il découvre. De ce fait, il prend son courage à deux mains. Son regard vient chercher celui de son amant. Il échange quelques banalités pour lui permettre de rebondir, décidé de la suite de cette conversation, tout en le rassurant sur son état. Il se sent plus calme, bien que la fébrilité soit toujours présente au fond de ses prunelles. Adrian accentue la pression autour de sa taille, dépose un baiser tendre contre son front, qui embaume son cœur d’une douce chaleur. Cela est troublant, car il sent la culpabilité de son amant dans ces gestes, le regard qu’il lui lance. « Il le faut. Pour aller de l’avant. » Il souffle dans une voix faible et dépourvue d’animosité. Il veut juste comprendre, bien qu’il ne soit pas sûr des réactions qu’il pourrait avoir. Adrian ne sait pas par quoi commencer. Sebastian voit dans son expression ce malaise qui l’habite. Il semble perdu, honteux, n’ose pas affronter son regard. Sebastian demeure silencieux quelques instants. Il réfléchit à ce qu’il pourrait lui dire pour l’inviter à s’exprimer. Il inspire profondément, se pince la lèvre avant de murmure. « J’ai cru comprendre que cela s’est passé juste avant que tu ne changes d’avis par rapport à nous. Durant votre voyage à Bali… » Il commente doucement en s’efforçant de garder une voix plus ou moins maitrisée. « Je suppose que tu as décidé de lui donner ce qu’elle désirait pour me détruire tout espoir de mon côté, je me trompe ? » Sa voix s’évanouit tant l’idée le trouble, mais il a besoin d’entrevoir si c’est la réalité. Il baisse le regard pour garder contenance. « Pourquoi ? Pourquoi avoir caché quelque chose d’aussi important, Adri… ? » Il demande dans une voix fébrile. « Ce n’est pas rien. Cela va significativement impacter notre relation. Forcément. D’une manière ou d’une autre. Tu vas devenir père… » Il lâche dans une voix plus fébrile qu’il le voudrait. Son cœur bat la chamade dans sa poitrine, de manière douloureuse. Il inspire profondément, songe au fait que Camélia demeurera dans la vie d’Adrian, qu’elle aura la chance d’élever l’enfant de l’homme qu’il aime. Cette réalité le chamboule au point qu’il sent l’émotion le tourmenter de nouveau. C’est difficile à encaisser.

_________________
Kiss me, don't doubt my soul, even for one second.
Without you, I'm lost. Without you, I become poison. I can't fathom awakening without one of those kisses, Without your breath on my neck.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sebrian couple
avatar
en savoir plus sur moi
Messages : 1165
age : 33
Date d'inscription : 08/03/2016

MessageSujet: Re: cœurs comprimés. (sebastian) Mar 7 Juin - 20:07

Le réveil se fait brutal lorsqu'il faut entamer une explication sur les raisons qui l'ont poussé à dissimuler une vérité aussi importante. La honte s'écoule dans ses veines lorsqu'il aperçoit autant de souffrance dans les prunelles de son amant. Il ne parvient pas à concevoir qu'il est à l'origine de ses larmes, de sa douleur. « Oui. » Il ignore ce qu'il est censé ajouter. Sebastian a saisi le fond de son raisonnement, il ne croit pas devoir accentuer cette explication par des détails plus approfondis. Il a donné un bref résumé de ce qui a pu se passer dans son crâne à cette période. Il désirait exploser les sentiments qu'il éprouvait à son égard, trop terrifié à l'idée que la complicité dans leur relation puisse s'amoindrir. « Parce que je voulais te rendre heureux. » Il répond simplement avant de s'expliquer davantage. « Je veux dire, je voulais pas effacer ce sourire. J'en étais incapable. » Il hausse les épaules car à ses yeux, c'était une raison légitime. Il aimerait qu'il comprenne que son bonheur est un critère vital pour son propre bien-être. « Peut-être que ça fait encore plus mal de l'avoir appris par quelqu'un d'autre, mais n'oublie pas ces sept mois de bonheur. Tu n'aurais jamais pu sourire avec autant d'intensité si tu avais su que je l'avais engrossée. Admets-le. » Il le toise dans les yeux pour démontrer sa sincérité. C'est seulement par une forme de bienveillance qu'il a agi de la sorte, et non pour un manque de confiance comme il a pu le croire. « Je t'assure que j'ai essayé de te le dire au moins dix fois. Tu sais, quand je te disais "seb, j'ai quelque chose à te dire", et qu'au final je te glissais une blague débile... j'ai vraiment essayé. Et puis je te voyais sourire, et j'ai juste pas eu le cran. » Il perdait toutes ses forces pour lui avouer une réalité déchirante, lorsque la joie de son ami était aussi évidente sur ses traits épanouis. Quel monstre aurait-il été s'il l'avait réduite à néant en l'espace de quelques jours de bonheur ? « Cela ne va rien impacter du tout seb. » Il lâche d'un ton froid, pour le convaincre d'oublier cette idée erronée. « Rien du tout. » Il répète pour qu'il saisisse clairement, d'une voix plus sereine, mais empreinte d'une sincérité appuyée par son regard. « Je ne suis pas son père, juste un donneur. Je ne vais pas la recroiser, ni même prendre une place dans la vie de cet enfant seb. » Il poursuit avant de lui évoquer le détail auquel il a songé pour qu'il réalise. « Je lui ai fait signé un contrat. Ne t'inquiète pas pour ça. On aura aucun problème. » Il le rassure en enserrant son corps contre le sien, espérant que ces éclaircissements suffiront pour apaiser son âme et ses idées sombres.

_________________
L'amour est la plus naturelle et la plus violente de toutes les passions ; elle peut, selon le caractère de celui qui en éprouve les atteintes, mener aux plus grandes choses comme aux plus horribles ; elle se compose, comme toutes les autres passions, de peines et de jouissances, mais dans un cœur qui sait la régler, les dernières l'emporteront toujours.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sebrian couple
avatar
en savoir plus sur moi
Messages : 1149
age : 28
Date d'inscription : 08/03/2016

MessageSujet: Re: cœurs comprimés. (sebastian) Mar 7 Juin - 22:48

Sebastian émet son hypothèse sur les raisons de cette paternité précipitée. Il se souvient de cette conversation antérieure où il l’avait vivement conseillé de ne pas répondre au caprice de Camélia d’enfanter. La raison d’un tel changement est sans doute liée au bouleversement qu’a vécu leur relation. Il en a conscience, mais en avoir la certitude est désarmant. Elle le secoue, bien qu’il s’y soit préparé. Il ne dit mot, bien que cela ne le laisse pas indifférent. Ce qu’il ressent est assez nébuleux. Il veut comprendre ce qu’il s’est passé et demande simplement des explications qu’il obtient. La raison semble légitime du point de vue du blond. Elle lui est compréhensible. « Je n’oublie pas ce qu’on a vécu ces derniers mois. » Il répond simplement dans un ton assez ferme pour lui faire comprendre que cette fébrilité ne remet absolument pas leur relation. « Je… Je peux comprendre. Tes raisons. C’est juste que… » Il murmure dans une voix plus faible. « Mon orgueil en a pris un sérieux coup. » Il avoue le regard tremblant. Son amour propre en a pris un coup et cette sensation est puissante. « Le bonheur aurait sans doute été moins éclatant, je te le conviens, mais je n’aurai pas perdu la face comme je viens de le faire, surtout face à elle. » Il admet en plongeant son regard dans le sien. « Je ne dis pas ça pour te faire culpabiliser, ce n’est pas ce que je recherche, Adri. J’essaye juste d’être sincère dans les émotions que j’éprouve. Je… Je ne supporte pas l’idée qu’elle ait pu entrevoir une faiblesse dans notre relation. Je méprise la complaisance qu’elle a eue à mon égard, cette fausse compassion qu’elle a eue… » Il poursuit dans ces confidences, le regard brillant de cette fébrilité qui l’habite. Il avoue que cette situation n’est pas anodine, qu’elle aura forcément un impact sur leur relation. Il va devenir père. Ce n’est pas rien aux yeux de l’artiste, mais Adrian dément formellement cette affirmation. Son ton est froid, ferme afin de chasser cette idée de son esprit. Il est juste un donner. Il ne va pas la recroiser, ni prendre une place dans la vie de cet enfant. Il lui parle de l’existence d’un contrat entre eux. Ces explications apaisent ses inquiétudes. Il n’a aucune raison de remettre en doute ces affirmations. « Vraiment ? » Il demande dans une voix faible tant il se sent perdu par tout cela. Tu ne comptes pas faire partie de sa vie ? » Il demande pour s’en assurer, car l’idée de savoir Adrian partager le rôle de parent avec Camélia lui est insupportable. Au fond, il connait la réponse. Ce n’est pas dans l’intention de son petit ami de devenir père, ni même d’assumer un tel statut. « Elle ne pourra jamais revenir sur cet accord, te soudoyer pour obtenir des avantages ? » Il connait Camélia, cette avarice pour l’argent et les belles choses. Il s’inquiète pour lui, qu’il y ait une faille dans ce contrat mis en place et qui résolument finira par toucher de plein fouet leur couple. Il n’y a aucune colère dans ses propos, juste une légère inquiétude à ce sujet qu’il juge légitime.

_________________
Kiss me, don't doubt my soul, even for one second.
Without you, I'm lost. Without you, I become poison. I can't fathom awakening without one of those kisses, Without your breath on my neck.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sebrian couple
avatar
en savoir plus sur moi
Messages : 1165
age : 33
Date d'inscription : 08/03/2016

MessageSujet: Re: cœurs comprimés. (sebastian) Mer 8 Juin - 17:31

Les deux amants ayant récupéré une énergie essentielle, ils se lancent dans une conversation explicative. Sebastian tient à obtenir certains détails pour comprendre ce qui l'a poussé à s'enfoncer dans le mensonge. Le blond se livre à lui afin d'exterminer les doutes qui l'assaillent et s'abattent sur lui de plein fouet. « Je suis désolé. » Il prononce en plantant son regard coupable dans le sien. Les propos qu'il lui balance sont insupportables. Savoir qu'il a pris un coup dans l’orgueil le pèse. « Ce n'était pas un manque de confiance. » Il précise pour qu'il comprenne mieux, qu'il réalise qu'il n'est pas remis en cause. Son amant poursuit son point de vue en évoquant les sensations qui l'ont secoué durant son entrevue avec Camélia. Entendre autant d'angoisses venant de lui le trouble, mais surtout l'agace. Son ton se fait plus dur et directif, afin qu'il décroche ses idées fausses. « Il n'y a aucune faiblesse dans notre relation. Et ça me révolte que tu le penses juste parce que quelqu'un l'a prétendu. Seb, putain, tu es quand même au-dessus de ces conneries. Tu as besoin de quelqu'un qui te dicte quoi penser de notre lien ? » Son regard est empreint d'une conviction qui rend ses traits plus froids. Il en use seulement pour que son ami se ressaisisse, pour lui éclaircir la tête. « On s'en branle de Camélia. Sérieusement. » Il continue sur cette voie, le remuant par ses mots. Il ne peut pas tolérer ce qu'il débite. « Arrête de prendre en compte le jugement de la personne que tu exècres le plus au monde seb. On s'en balance de son avis, de son air hautain. Elle n'a jamais rien compris à notre relation. » Cela le met hors de lui. L'obsession qu'il porte aux visions des autres l'insupporte, il devrait n'écouter que lui, que cette affection profonde qui les unit depuis toujours.

Sebastian semble porter ses angoisses sur la relation plausiblement entretenue entre Adrian et l'enfant. Aux yeux du blond, il n'a pas de soucis à se faire étant donné qu'il n'a pas l'intention de prendre part à son existence. « Oui, vraiment. » Il prononce de manière douce et sincère. Il ne lui mentirait jamais sur ses projets. « Non, jamais. Il est clairement stipulé que je me retire le droit de paternité. Elle l'a accepté. Ce qui signifie que je n'ai aucun devoir envers lui. Impossible de revenir en arrière. » Il explique plus précisément pour lui retirer tous les doutes de son crâne. Il aimerait qu'il retrouve un certain apaisement, qu'il lui fasse confiance comme toujours. Qu'il ne laisse pas cette découverte entraver leurs routes. « Elle a signé le divorce à l'amiable. Elle n'a pas demandé de pension alimentaire, c'est trop tard. Je lui avais fait comprendre que si elle insistait pour obtenir des droits lors de notre divorce, on ne cesserait d'aller au tribunal pour batailler, et que le peu d'argent qu'elle possédait irait dans ses démarches administratives, pour payer l'avocat. Tu peux être certain que ça l'a convaincue. » Il évoque tous les détails de cette époque, pour qu'il soit au courant de tout. « Cesse de t’inquiéter. Tu sais que je suis malin. J'ai géré. » Il annonce, caressant sa joue, avant d'embrasser ses lèvres dans un geste doux... Il l'aime tant, s'il savait.

_________________
L'amour est la plus naturelle et la plus violente de toutes les passions ; elle peut, selon le caractère de celui qui en éprouve les atteintes, mener aux plus grandes choses comme aux plus horribles ; elle se compose, comme toutes les autres passions, de peines et de jouissances, mais dans un cœur qui sait la régler, les dernières l'emporteront toujours.



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sebrian couple
avatar
en savoir plus sur moi
Messages : 1149
age : 28
Date d'inscription : 08/03/2016

MessageSujet: Re: cœurs comprimés. (sebastian) Jeu 9 Juin - 22:58

A la suite des propos de son amant, Sebastian s’exprime sur les derniers évènements. Il lui livre la douleur qu’il a éprouvé face à cette révélation, mais notamment l’image que cette ignorance a projeté de leur relation. Sa fierté en a pris un coup et il s’efforce de passer au-dessus de cette réalité. Le blond est affligé par cette réalité et s’excuse, se justifie pour tenter d’amoindrir cette souffrance latente qui demeure au sein de sa poitrine. Il lui avoue qu’il aurait souhaité être au courant en dépit de ces arguments, car il ne peut oublier cette entrevue de son esprit. Elle a fait des dégâts dans l’estime qu’il a de lui-même. Cela l’a totalement chamboulé. La réaction de son amant lui lacère le ventre. Il sent que cette révélation l’agace et ces propos vont dans ce sens. Les traits de son amant se ferment, le ton de sa voix devient plus ferme, autoritaire et les mots sont tranchants. Il les accueille avec douleur. Ses prunelles deviennent plus éclatantes. « Justement, j’étais si sûr que tu m’aurais parlé de ça. Je lui tenu tête avec tant de conviction que la réalité a rendu la blessure plus profonde. » Sa voix est faible, brisée par cette vive émotion qui lui prend la gorge et la suite des paroles d’Adrian n’arrange à rien la situation. Il sait qu’il a raison au fond, mais il n’est pas en état de subir les paroles dures de son amant, d’autant plus lorsqu’il le sent si vivement agacé. Pourtant, ils s’intéressent notamment à sa paternité. Une fois de plus, Adrian se montre intransigeant, ferme, direct. Il est le donneur de l’enfant de Camélia. Il confirme lorsqu’il lui demande d’affirmer cette idée tout comme des explications. Des détails lui sont communiqués, qui appuient les dires de son amant. Une part de lui est soulagée à cette idée, car l’animosité qu’il ressent avec Camélia est bien trop vive pour tolérer que son amant ne partage une paternité avec elle. Dans d’autres circonstances, sans doute qu’il aurait pu se montrer plus ouvert à cette idée que présentement, tandis qu’une autre ne peut s’empêcher de se sentir désolé pour l’enfant, qui devra vivre sans père. Au fond, il espère que l’enfant saura trouver une figure paternelle qui pourra occuper la place laissée par son amant. Le blond se montre pointilleux dans les explications qu’il lui fournit et l’artiste les accueillent en prenant soin de retenir chaque détail. Il est rassuré par ce qu’il l’entend. Il n’aurait pas pu accepter que cette femme ne profite de la richesse que son amant gagne en travaillant durement. Il se laisse aller à la douceur de sa menotte contre sa joue. « Je suis soulagé dans ce cas-là… » Il admet dans un ton doux alors que son cœur bat promptement dans sa poitrine. Il savoure le toucher de ses commissures contre les siennes. Cela embaume son cœur meurtri d’une douce chaleur qui lui est nécessaire. « Je sais que tu aurais trouvé des solutions pour te sortir de cette impasse, mais elle n’aurait pas été sans incidence sur ta psychologie et j’aimerai vraiment que tu puisses gouter à un bonheur simple. » Il murmure en plongeant son regard fébrile dans le sien. C’est un de ses souhaits. Il veut inonder l’échine de son ami d’un bonheur important, qui saura apaiser toutes les tourments de son passé, ou du moins les atténuer, car il l’aime profondément. « Il faut juste me laisser le temps de digérer ce qu’il s’est passé. Tout va bien se passer… » Il prévient, car il se connait. Il lui faudra du temps pour oublier cette épreuve et plonger de nouveau dans cette liaison qu’il a avec son amant. Il sait qu’Adrian patientera s’il le faut, tant qu’il ne le rejette pas.

_________________
Kiss me, don't doubt my soul, even for one second.
Without you, I'm lost. Without you, I become poison. I can't fathom awakening without one of those kisses, Without your breath on my neck.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
en savoir plus sur moi

MessageSujet: Re: cœurs comprimés. (sebastian)

Revenir en haut Aller en bas

cœurs comprimés. (sebastian)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» [Ruelles] Balade matinale sans Sebastian [PV: Ciel Phantomhive & Atsuka Lyako]
» Sebastian Lacrymosa
» Clasica San Sebastian (PT) =====> Wegmann (Colnago)
» [Big Ben] Une mission compromise [PV: Sebastian Michaelis & Eleanor Livingston]
» Clasica San Sebastian !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Love Dust :: corbeille :: sebrian-