forum privé de RPG
 

Partagez | .
 

 un week-end coupé de tout... juste nous deux ! (sebrian)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sebrian couple
avatar
en savoir plus sur moi
Messages : 1176
age : 28
Date d'inscription : 08/03/2016

MessageSujet: un week-end coupé de tout... juste nous deux ! (sebrian) Lun 22 Aoû - 18:15

Mise en contexte : Sebastian a planifié ce petit week-end pour retrouver son amant. Il a bien pris conscience que la venue de sa fille dans leur quotidien a chamboulé son amant, qui a rendu la situation encore plus insupportable lorsqu’il a manqué de délicatesse à son égard. La tempête passée, il est déterminé à lui donner de nouveau cette place inébranlable.

(S)
Après deux heures de route, Sebastian récupère les clés de cette petite maison individuelle, située à la bordure d’un parc naturel, au confort simple, mais suffisant pour eux. Le paysage est magnifique et il ne manque pas d’en faire part. « C’est encore plus beau que sur leur site. On pourra se balader pour reprendre des forces. » Il lance alors que son amant s’est allongé sur le lit pour juger du niveau de confort du matelas. Sebastian sourit à cette vision, vient à sa hauteur pour prendre place au dessus de lui pour embrasser tendrement ses lèvres. « Et faire l’amour autant qu’on veut. On n’a aucun voisin. » Sa voix est tendre, son regard brille de bonheur d’être avec lui tandis qu’il caresse du bout de ses doigts, les traits de sa mâchoire.

(A)
Adrian découvre la chambre en même temps que son amant, est subjugué autant que lui par le luxe qui s'en dégage. Balcon, vision splendide sur un parc animalier, et un lit moelleux qu'il teste déjà en rebondissant légèrement dessus. Adrian est comblé dans ce décor pittoresque, il le démontre naturellement avec un sourire satisfait. "J'avoue que tu nous as dégoté un truc de rêve. J'ai un concurrent dans la chasse de gîtes pour un week-end. " Il rit, taquin. Sebastian ne tarde pas à le rejoindre, se pose à califourchon sur lui. Adrian, toujours étendu sur le matelas, vient l'agripper sous ses cuisses dans des poignes délicates mais fermes. Une manière de rapprocher leurs corps avec sensualité. Il le laisse l'embrasser, participe au baiser passionné et lent en possédant ses lèvres avec intensité. "Je vais pouvoir te faire crier autant que je veux alors." Il sourit malicieusement avant de se redresser pour glisser ses mains dans le dos de son t-shirt. Il le serre contre lui tout en embrassant sa bouche, puis son cou pour lui faire comprendre qu'il en a bien envie maintenant.

(S)
La remarque d'Adrian lui arrache un sourire tandis qu'il vient prendre place au dessus de lui. Il est heureux de le retrouver comme avant, bien avant que sa paternité ne mette le trouble dans leur union. "Exactement, j'arrive encore à te surprendre." Il déclare en venant s'emparer de ses lèvres. Il savoure la douceur de sa bouche, se laisse emporter par le plaisir de les retrouver. Adrian semble satisfait de ce rapprochement, réclame une étreinte plus intime, plus enivrante. "L'idée ne me déplait pas." Il souffle contre sa bouche, dans un sourire tendre. Il se laisse faire lorsque son amant se relève et n'omet aucune résistance. Son coeur s'est précipité dans une course folle dans sa poitrine. Il demeure incroyablement sensible aux actions tendres de son amant. Son corps y répond tout naturellement. Un de ses bras glisse autour de sa nuque alors que son autre main se loge dans ses cheveux, frôle sa clavicule. Sa respiration est troublée par le plaisir qu'il distille si aisément dans sa poitrine. Il le laisse dévorer son cou, soupire de plaisir dans un rire fin en venant embrasser à son tour sa nuque, son oreille. Il s'enivre de son odeur alors que sa main libre glisse sur ses pectoraux, ses côtes, sous son haut. Il a envie de lui.

(A)
La surprise de son amant le surprend effectivement. Il est toutefois satisfait qu'il ait pris les choses en main pour une fois, pour se retrouver tous les deux dans un cocon splendide. Juste tous les deux. Sans contraintes, sans impératifs, juste pour s'imprégner de la chaleur et douceur de l'autre, et savourer leur instant de liberté. "Au moins ça te motivera à en organiser davantage." Il sourit en venant parcourir son dos de ses mains. Il échange quelques caresses, avec une passion qui les dévore entièrement. Les gestes et baisers d'Adrian l'excitent indéniablement. Les reins en feu, il se soulève du lit en maintenant son amant par les cuisses. Avec élégance et lenteur, il les conduit sur le long balcon, tout en embrassant ses lèvres. Il ne les quitte pas et garde une poigne ferme contre ses jambes. Finalement il le dépose contre la rambarde. "C'est bien ici ? Juste des animaux qui pourront t'entendre." Il frôle le bout de son nez du sien en souriant, avant de mordre sa lèvre inférieure.

(S)
"Avec plaisir" Il murmure tendrement contre ses lèvres. Il adore partager des expériences avec cet homme dont il ne se lasse pas. L'affection qu'il lui porte est bien réelle et si puissante qu'elle inonde continuellement sa poitrine d'une exquise sensation. Leur étreinte se fait plus gourmande. Leurs lèvres titillent les sens de l'autre tandis que le désir s'immisce insidieusement dans leurs veines. Il se laisse dominer par cette adrénaline délicieuse qui le rend toute chose entre ses doigts. Adrian le dévore de sa bouche, les déplace avec élégante et douceur. Sebastian se laisse faire, s'agrippe plus fermement à cette nuque avant d'être déposé contre la rambarde du balcon. Il n'en prend conscience que lorsque son bassin retrouve la pierre tandis que les lèvres de son amant se détachent des siennes pour lui proposer cet endroit comme lieu qui accueillera la suite de leur étreinte. Son regard brillant plonge dans les prunelles claires de son amant, se laisse envouter par cette douceur qui émane de cet échange. Un rire cristallin s'échappe de ses lèvres. "Et t'entendre également. C'est parfait." Une de ses mains glisse de nouveau sous son haut pour frôler la peau de ses côtes pour relever légèrement le tissu sans le retirer totalement. Ses lèvres retrouvent leurs comparses tandis que sa main libre demeure toujours présente contre sa nuque pour accroitre la douceur de cet instant. Un sourire angélique coincé aux coins de ses lèvres. Il est heureux.

(A)
Adrian se donne une certaine liberté dans cet univers dans lequel ils vont vivre des moments intenses. Leur chez eux pour un week-end. Il est délicieux de se laisser aller sans penser à la rancune ou aux contraintes qui rendent le quotidien du blond ereintant. Il s'apaise contre sa bouche, en caressant ses courbes du bout de ses doigts.Ils atterrissent alors sur le balcon épais en pierres en poursuivant leurs frôlements sensuels. Son rire ressemble à une délicate caresse contre son coeur. "Si on en voit un bander, ce ne serait pas étonnant" Il mêle son rire au sien pour retrouver cette complicité qui s'était envolée ces derniers temps. Il esquisse un sourire avant de sentir ses doigts remonter quelque peu son t-shirt pour toucher son torse. "Ils sont en train de nous mater je suis sûr." Il dit en embrassant son cou. mais même si c'était le cas, rien ne l arrêterait. Il lui retire ensuite son t-shirt et caresse ses pectoraux et abdominaux en les contemplant un instant. Il est vraiment beau.

(S)
L’instant est délicieux comme la plupart qu'il passe en compagnie de cet homme. Il rit de bon coeur aux propos de son amant. "Cela te plairait, j'en suis sûr." Il rit contre sa bouche, avant de sentir le souffle de son amant se perdre dans sa nuque. "Possible." Il rit dans un soupir de plaisir. Il savoure la caresse de sa bouche, de sa fine barbe contre son coup. Il le laisse retirer son haut, vient en faire de même avec le sien. Son coeur bat la chamade sous le regard hypnotisé de son amant. Sebastian en fait de même. Ses doigts glissent sur les formes de son torse. Il est magnifique. Il ne peut le nier. Sebastian s'avance pour embrasser sa clavicule rejoindre le creux de ces pectoraux, la partie de son corps qui lui est accessible. Il parsème de baiser cette partie tandis que ses doigts frôlent ses hanches, son dos. Il se laisse emporter par le désir qui l'embrase...

(A)
Adrian se laisse complètement aller par la sensualité de son amant. Il ne sait pas y résister, il préfère pleinement en profiter durant ce week-end où les contraintes s'envolent un instant. Sebastian n'est plus un père, seulement son homme, qui attise son désir. Cela fait au moins une semaine qu'ils n'ont pas fait l'amour, tant Adrian est sur les nerfs et est incapable de garder son naturel doux avec lui. Alors il savoure ses rires, leur complicité, leur amour. Ils retrouvent rapidement la rambarde du balcon, Sebastian porté au creux de ses bras, et leurs hauts se retirent vite aussi. Ils s'embrassent, se frôlent les courbes avec le même délice habituel, sans doute renforcé par le manque créé. Adrian lui guide une main contre sa ceinture pour lui ôter son pantalon et boxer. Il finit nu entre ses doigts gourmands qui ne cessent de parcourir sa chair. "Tu préfères voir le paysage ou je te prends comme ça?" Il demande avec un sourire pour connaître sa position idéale. "Moi tout me va... j'ai beaucoup trop d'appétit pour être exigeant." Il se leche les lèvres avant de mordiller son cou, s'enivrer de son odeur qui l'a toujours apaisé.

(S)
Leurs lèvres se caressent avec la même sensualité que leurs phalanges frôlent leurs formes, avides de touchers voluptueux. Sebastian s'enivre de cette douce brûlure qui embrase le creux de ses reins. Il savoure l'odeur de sa peau, qui dégage un parfum fort et viril, qui lui retourne le ventre avec la même force. Cette odeur singulière, délicieuse, apaisante. Sebastian a pris l'habitude de se laisser envouter par cette odeur, mais notamment toute cette chaleur qui s'épand de cet être naturellement froid et distant. Il aime ce pouvoir qu'il dispose, mais est surtout victime de son pouvoir. Il n'arrive pas à se passer de ses formes qu'il trouve délicieuses. Il se laisse consumer par ce désir avec force, abandonne ses vêtements pour offrir sa nudité au corps de cet homme. "Comme ça, je veux te sentir profondément en moi, sentir ta chaleur m'envahir de toute part." Il déclare dans un léger gémissement de plaisir. Sa main se glisse contre sa ceinture, la défait pour le mettre à égalité, savourer la fermeté de sa protubérance. Il embrasse sa clavicule, mordille tendrement cette partie accessible tandis que sa main caresse sa virilité avec douceur, mais ambition. Ses cuisses s'écartent plus fortement pour que leurs bassins se frôlent, épée contre épée qu'il s'applique à cajoler de ses doigts experts. Le désir s'accroit alors que sa menotte libre se perd contre l'une de fesses, l'empoigne légèrement face au plaisir que ses caresses et cette étreinte lui procurent. Sa voix murmure son prénom alors qu'il vient s'emparer de sa bouche de nouveau. Son corps brûle de désir d'être sien de nouveau et il adore ça, lui appartenir est la plus délicieuse adrénaline à ses yeux.

(A)
Adrian est gourmand de ses lèvres, de sa chair. Il savoure sa peau du bout de ses doigts et de sa bouche, lui retire rapidement ses vêtements pour en profiter convenablement. "Je veux te prendre en profondeur ça tombe bien. C'est comme un besoin compulsif après une semaine d'abstinence." Il exclame en souriant avant de poser ses mains sous ses fesses pour attirer davantage son bassin contre lui et rendre son intimité plus accessible. Il les empoigne avec passion et s'accapare sa bouche, tandis que la main de son amant vient caresser son sexe avec envie. Il le cajole de caresses luxuriantes qui l'enivrent totalement. Il apprécie quand son homme est aussi viril et séducteur, à vouloir le charmer et l'exciter. Il sait s'y prendre. Alors lorsque le désir est à son comble, il vient s'insinuer en lui dans un mouvement fougueux et profond. Sa bouche vient titiller la sienne dans des gémissements tandis que ses mains se pressent encore ses fesses. Ses coups de reins sont intenses fréquents et fougueux.

(S)
Le désir enflamme ses entrailles avec délice. Sebastian en est friand lorsqu'il s'agit de cet homme et le manque engendré par le froid qu'il y a eu dans leur relation rend cette réalité plus profonde. Il veut le retrouver par tous les moyens, le sentir profondément en lui dans une étreinte lente, érotique et envoutante. Un besoin qui semble commun, ce qui le ravit profondément. "Pour moi aussi." Il déclare conte ses lèvres qui s'emparent des siennes. Il laisse ce bien-être l'envahir et rendre ses actions plus coquines. Il se donne de nouveau à cet homme et agit de manière à satisfaire ses ambitions, comme les siennes, car elles sont identiques à cet instant. Leurs lèvres se dévorent avec affection, leurs doigts enflamment la chair de l'autre et c'est une véritable bénédiction lorsque leurs reins s'unissent dans un mouvement lent et puissant. Sebastian savoure ce contact avec émotion, toujours incroyablement sensible à ces moments où il est sien. Il susurre son prénom, sa main libre nichée dans sa nuque alors qu'il s'enivre des gémissements de plaisir de son amant. C'est délicieux comme sensation qu'il se laisse aller à ses désirs, au bonheur de sentir ce bassin faire sa loi en lui. Il le possède avec expertise, érotisme, passion et Sebastian adore ça, se laisse happer par ce bien-être total. Leurs corps s'emboitent, se dévorent avec appétit et l'extase grignote peu à peu leurs entrailles. Ils se retrouvent de nouveau de la manière la plus naturelle, dans une symbiose totale et Sebastian se plonge dans ce bonheur total en dévorant chaque parcelle de ce corps à sa disposition. Un corps qu'il compte bien abuser de nombreuses fois au cours de ce week-end, car il en est complètement dingue. Il est à sa place, avec lui et c'est tout ce dont il a besoin à cet instant.

_________________
Kiss me, don't doubt my soul, even for one second.
Without you, I'm lost. Without you, I become poison. I can't fathom awakening without one of those kisses, Without your breath on my neck.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

un week-end coupé de tout... juste nous deux ! (sebrian)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» SUJET TERMINE - La suite de la soirée~Juste nous deux! [Alec]
» [Mission D] - Nous deux, c'est pour la vie !
» Cette ville est trop petite pour nous deux [Riful]
» Petite Nuit ~ Les ténèbres n'avalent pas tout, juste ce qui se trouve sur leur chemin.
» Nous deux, c'est comme l'eau et le feu |feat Sauvage|

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Love Dust :: corbeille :: sebrian-